La Poste se prépare à une fin d’année de folie. Les Français se sont massivement mis au commerce en ligne pendant le confinement. Nous voilà de nouveau à la maison, avec Noël qui approche. Cela va faire beaucoup de colis à livrer…

La Poste se prépare à une fin d’année de folie.
La Poste se prépare à une fin d’année de folie. © Getty / picture alliance

C’est quasi certain. En prolongeant les tendances qu’elle a observées pendant et après le confinement, La Poste prévoit une hausse de l’activité colis de 30%. En novembre et décembre 2015, elle distribuait 46 millions de paquets. Cette année, elle s’attend à en livrer 100 millions en deux mois. 

Elle n’est d’ailleurs pas la seule à se préparer. C’est le branle-bas de combat partout. Pendant des années, DHL, la filiale du groupe allemand Deutsche Post, livrait surtout des professionnels, des entreprises. Pendant le confinement, ça s’est inversé. Le commerce en ligne - les particuliers donc - a représenté plus de la moitié de ses livraisons. 

Point important, DHL achemine surtout des colis qui viennent de l’étranger. Or le 11 novembre, Alibaba essaie de lancer en Europe “la journée des célibataires” et ses promotions à la chinoise. Puis le 27 novembre reviendra le Black Friday et ses promotions, loin d’être toutes made in France. 

Et il y a assez de facteurs ou de livreurs pour bouger tout ça ? 

C’est une question d’organisation. La Poste crée 9 000 emplois pour la fin d’année. Elle a ouvert cette année 4 nouvelles plateformes logistiques capables de trier 35 000 Colissimo par heure. Elle en a maintenant 18 en France. 

Pareil chez DHL, qui va recruter 500 saisonniers. La société, qui a une énorme plateforme d’éclatement à Leipzig en Allemagne et a ses propres avions, va augmenter le nombre de vols quotidiens vers la France: de 36 on passe à 40 en fin d’année. 

Côté transport, la Poste dope aussi ses capacités routières et ajoute un avion vers la Corse pendant les trois semaines précédant Noël. Elle a aussi prévu des cargos supplémentaires vers l’Outre-mer. 

Ce n’est pas une énorme pollution tout ça ? 

Si bien sûr. Les vendeurs en ligne essaient donc de trouver des solutions, notamment pour réduire le carton. La Camif, qui joue la carte du made in France, utilise un emballage réutilisable pour ses produits peu volumineux, comme le linge de maison. Une fois votre achat déballé, repliez le carton et il repart à la Camif.

De son côté, C-Discount travaille avec des machines mises au point par Quadient, qui réduisent le vide dans les emballages et permettent de mieux charger les camions, pour réduire le fret. 

Car l’autre source de pollution, c’est le transport, et surtout le dernier kilomètre. La solution la moins mauvaise, c’est celle du Point Relais. Mais reste à savoir lesquels pourront rester ouverts. 

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.