L’intelligence artificielle est une révolution pleine de promesses pour de nombreux secteurs comme les transports, le commerce et bien d’autres encore. Ce que l’on sait moins, c’est qu’elle déjà en train de révolutionner l’assurance.

L'intelligence artificielle révolutionne les assurances
L'intelligence artificielle révolutionne les assurances © Getty / Michael Zwahlen / EyeEm

La révolution de l’intelligence artificielle a gagné l’assurance au pas de charge. Pour la tarification des contrats, la donnée, c’est l’ADN de l’assureur. Or, les nouvelles technologies leur permettent d’en collecter beaucoup plus, grâce par exemple aux boitiers que l’on peut installer dans les voitures pour enregistrer la vitesse de conduite. Et l’intelligence artificielle traite ces données nettement plus rapidement et plus finement. Résultat, les assureurs obtiennent une meilleure appréciation des risques, donc des tarifs plus justes.

L’IA révolutionne aussi la gestion des sinistres

En Chine, en cas d’accident de voiture, le conducteur assuré auprès du géant Ping An sort de son véhicule, photographie sa porte si elle est enfoncée, et envoie, via son smartphone, les photos à son assureur.

Les images sont instantanément comparées à des millions de portes de voitures enregistrées dans les bases de l’assureur, ce qui permet de mesurer l’ampleur des dégâts, et le coût du sinistre. Avant même de quitter les lieux de l’accident, l’assuré reçoit, par virement, le montant de la réparation.

Les assureurs sont donc en pleine transformation

Les organisations sont sérieusement bousculées. C’est le cas des actuaires qui doivent utiliser le big data et l’intelligence artificielle. Ils n’ont pas le choix ! 

Les commerciaux et les agents d’assurance ont des raisons d’être inquiets lorsqu’ils découvrent des start-up comme l’américaine Lemonade, qui démarche ses futurs clients à l’aide d’un assistant virtuel vocal qui pose des questions, et définit, là encore instantanément, le contrat le mieux adapté au client démarché.

Les experts peuvent aussi se faire du mouron. Grâce aux smartphones et à l’intelligence artificielle, les expertises simples sont faites automatiquement par les clients sinistrés et les ordinateurs des assureurs.

Les compagnies d’assurances historiques sont-elles menacées par l’arrivée des start-up de l’assurance ?

Franchement, rien n’est joué. Quant aux assurtech, autrement dit les start-up de l’assurance, elles innovent clairement, mais n’ont pas encore réussi à détrôner les grands assureurs, qui se montrent agiles et innovants. Ces deux qualités sont très précieuses pour résister aux nouveaux concurrents et sortir gagnant de la révolution numérique ! Les assureurs ont certes la frousse des Gafas. Mais ces derniers ne se pas encore lancés. 

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.