Ca y est, Christine Lagarde prend ses fonctions présidente de la Banque Centrale Européenne. Son mandat commence demain. Elle a déjà une idée en tête : elle veut “verdir” la politique monétaire. Qu’est ce que ça veut dire ?

Christine Lagarde
Christine Lagarde © AFP / BORIS ROESSLER / DPA / dpa Picture-Alliance

C’est une idée à laquelle la BCE réfléchit déjà depuis un moment. 

Les banques centrales ont deux fonctions : 

  • elles doivent assurer la stabilité des prix, en pilotant la quantité de monnaie qui circule dans l’économie,
  • et elles doivent aussi surveiller la solidité du système bancaire. 

Or si les catastrophes climatiques se multiplient, si les entreprises ne préparent pas la transition énergétique, cela peut entraîner des chocs financiers qui menaceront tout l’équilibre du système. Depuis quelques années, le canadien Mark Carney, gouverneur de la Banque d’Angleterre, ou le français Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE, souhaitent donc que les banques centrales prennent leurs responsabilités.   

Les banques centrales ont vraiment les moyens d’agir ?

Oui. Ce sont les banques centrales, au sein du Comité de Bâle, qui définissent les règles qui encadrent les risques financiers que peuvent prendre les banques. Elles peuvent donc décider que si un crédit finance un projet néfaste pour l’environnement, il est plus risqué qu’un autre et peut être soumis à des règles plus dures. Il serait donc plus cher. 

Christine Lagarde envisage une autre action. Actuellement, pour soutenir l’économie et pour que les banques aient plus de moyens pour nous prêter de l’argent, elle leur rachète des crédits. Elle pourrait choisir de privilégier les crédits verts ce qui inciterait les établissements à financer en priorité les opérations bonnes pour le climat.  

Mais la banque centrale allemande, la Bundesbank, a déjà dit qu’elle n’était pas d’accord…   En effet. Son président Jens Weidmann a dit qu’il était contre. Il soulève un point intéressant : pour lui, ce n’est pas à la Banque centrale, qui n’est pas dirigée par des élus, de décider des priorités de politique publique. 

Autre problème, comment définir un projet vert ?

Pour les Français, le nucléaire est vert, puisque cette énergie n’émet pas de CO2. Pour les Allemands, non. 

La Bundesbank (qui s’oppose aussi aux taux d’intérêt négatifs) veut surtout envoyer un message à Christine Lagarde : elle n’aura pas les mains libres. La voilà prévenue ! 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.