Le constructeur automobile Stellantis, né de la fusion de PSA et de Fiat Chrysler, accueille aujourd’hui son nouveau directeur de la technologie. Il s’appelle Ned Curic. Et il travaillait jusqu’à présent chez Amazon.

Parce la voiture est de plus en plus connectée, avec, demain, plus de fonctions à commande vocale, le constructeur Stellantis a recruté Nec Curic chez Amazon
Parce la voiture est de plus en plus connectée, avec, demain, plus de fonctions à commande vocale, le constructeur Stellantis a recruté Nec Curic chez Amazon © Getty / Lionel VADAM

Pour souligner l’importance de ce recrutement, Carlos Tavares, le PDG du groupe, a fait savoir que cet Américain lui serait directement rattaché. Il a précisé que Ned Curic jouera « un rôle primordial pour définir l’orientation stratégique et la croissance future de l’entreprise ». 

Un accueil en fanfare donc. Ce qui n’est pas étonnant lorsqu’on regarde l’évolution du secteur automobile. Dans un véhicule, les logiciels et l'électronique occupent une place de plus en plus centrale :

  • côté technique pour optimiser la consommation d’énergie et surtout pour accompagner la conduite qui devient semi-autonome, avec les régulateurs de vitesse adaptatifs par exemple,
  • et dans le cockpit comme disent les spécialistes, parce que la voiture est de plus en plus connectée, avec, demain, plus de fonctions à commande vocale. 

La commande vocale, un point fort d’Amazon

Le spécialiste du commerce en ligne a développé Alexa, une enceinte connectée, qui permet de faire ses courses, de mettre de la musique ou de régler la température chez soi. Ned Curic était responsable du département Alexa Automobile. Il a déjà installé l’assistant vocal sur la Fiat New 500 ou la Jeep Compass, mais aussi chez Ford, BMW ou Lamborghini. 

On peut parier à l’avenir que de plus en plus de commandes dans nos voitures seront activées par la voix. D’ailleurs Renault, de son côté, a recruté Luc Julia qui est le père de Siri, l’assistant vocal de l’IPhone d’Apple. 

Les groupes automobiles investissent pour rester dans la course face aux Gafa, et ne pas trop dépendre de leurs systèmes ou de leurs applications. C’est un vrai défi. Prenez un seul exemple: beaucoup de conducteurs préfèrent connecter leur téléphone et utiliser Waze, qui appartient à Google, plutôt que de prendre l’option GPS du constructeur. 

Les priorités de Ned Curic chez Stellantis  

Il va déjà servir d’aimant pour recruter de bons profils. Selon le cabinet de conseil Alix Partners, 40% des recrutements en recherche et développement dans l’automobile tournent autour de la conception de logiciels. 

D’ici quelques années, ils représenteront la moitié de la valeur d’un véhicule. Tesla a ouvert la voie. Volkswagen veut se transformer en groupe de tech. On va tous apprendre à faire des mise à jour système sur les voitures comme sur nos téléphones, surtout sur les véhicules électriques. C’est donc une bonne nouvelle que Stellantis prenne le sujet à bras le corps.