Vivendi lance l’introduction en Bourse de sa filiale Universal Music Group. Elle sera cotée à Amsterdam dès mardi. C’est une pépite qui vaut 33 milliards d’euros.

Universal Music en bourse : Bolloré plus riche
Universal Music en bourse : Bolloré plus riche © AFP / VALERIE MACON

Et qui va rapporter 6 milliards d’euros à Vincent Bolloré, le premier actionnaire de Vivendi. Il a annoncé le calendrier de cette opération stratégique avant l’été, mais il la préparait depuis deux ans. Début 2020, Vivendi a fait entrer le groupe chinois Tencent au capital d’Universal Music, pour 10 puis 20%. Ensuite il en a cédé 10% au fonds du milliardaire américain Bill Ackman, une star de la finance.

Cela a aiguisé l’appétit de tous les autres investisseurs

Il faut dire qu’Universal a un catalogue de musique unique: Bob Dylan, les Beatles, Elton John, Billie Eilish, Drake et … bien sûr Daniel Guichard. 

La semaine prochaine, ce sera la dernière étape de l’opération. Tous ceux qui possèdent une action Vivendi recevront aussi une action Universal, qu’ils seront libres de garder ou de vendre en Bourse. C’est là que Vincent Bolloré, qui possède 28% de Vivendi, se retrouvera avec des actions Universal valant 6 milliards d’euros. 

Mais pourquoi Vivendi vend-il Universal Music si c’est une pépite ? 

Il fait une pure opération financière. 

La valorisation de la branche musicale du groupe est une sorte de miracle. Le secteur de la musique revient de loin. Souvenez-vous, il a été le premier percuté par la révolution numérique, avec le piratage, la culture du gratuit. Il a fini par trouver un nouvel équilibre et même par gagner de l’argent. 

Avec les droits du streaming, les concerts mais aussi avec le retour en grâce du disque vinyle, dont Universal veut faire un produit de luxe. 

On ne sait pas combien de temps ce retour en grâce va durer. Pour l'instant, les analystes financiers sont dithyrambiques sur le potentiel de la musique, mais Vincent Bolloré et les équipes de Vivendi préfèrent vendre ce bijou de famille et prendre le gros de leur bénéfice. Ils n’en gardent que 10%. 

Et que vont faire Vincent Bolloré et Vivendi de l’argent qu’ils récupèrent ? 

Vincent Bolloré va commencer par profiter de l’opération pour renforcer son emprise sur le groupe Vivendi sans débourser un centime. 

Car Vivendi va utiliser son cash pour racheter ses propres actions. Les actionnaires qui resteront au capital, comme Vincent Bolloré- vont donc voir mécaniquement leur part augmenter, sans rien payer. 

Le milliardaire renforcera ainsi son contrôle sur Canal Plus, C News, l’agence de publicité Havas ou le groupe d’édition Editis. Tout en ayant un magnifique trésor de guerre pour chasser de nouvelles proies...