Nul ne sait quelle couleur prendra la nouvelle année. Jaune comme les gilets, rouge ou rose comme la gauche, bleue ou bleue marine comme la droite... ou encore la couleur des marcheurs. Mais elle pourrait tout aussi bien être verte, comme en 2019.

Julien Bayou, secrétaire national du parti Europe Écologie Les Verts
Julien Bayou, secrétaire national du parti Europe Écologie Les Verts © Getty / GEOFFROY VAN DER HASSELT

Ce n’est pas du tout impossible. L’année qui s’est close hier était déjà drapée de cette couleur. Les marches et les grèves pour le climat, l’Affaire du siècle, le bon score – avec 13,48%- d’Europe Ecologie Les Verts, la liste menée par Yannick Jadot. Et puis bien sûr, la figure iconique de Greta Thunberg et son « comment osez-vous ! », lancé à tous les puissants réunis en septembre dernier à l’ONU. Mais les Verts pourraient ne pas avoir dit leur dernier mot. 

C’est-à-dire ? 

Une vague de sondages réalisés ces dernières semaines dans le cadre des élections municipales montre qu’Europe Ecologie Verts est de nouveau sur une dynamique ascendante. On disait que le scrutin européen était traditionnellement favorable aux Verts et qu’il n’avait rien de nationalement significatif. Eh bien, les municipales pourraient fragiliser cette affirmation. Aujourd’hui, parmi les grandes villes, seule Grenoble est dirigée par un maire écolo, Eric Piolle. Or, les Verts ont toutes les raisons de croire que 2020 sera  un meilleur millésime que 2014. Après le drame de Lubrizol, ils arriveraient en tête à Rouen. À Lyon, leur liste se situerait désormais juste derrière celle du favori Gérard Collomb. À Bordeaux, les Verts sont passés devant le marcheur Thomas Cazenave et talonnent Nicolas Florian, successeur d’Alain Juppé à la mairie. Les Verts sont aussi en forte hausse à Lille, Nantes, Toulouse, Montpellier et Besançon. Sans parler de Paris où le rapprochement entre l’écolo David Belliard et le marcheur dissident Cedric Villani pourrait donner du fil à retordre à la socialiste Anne Hidalgo et au marcheur officiel Benjamin Griveaux. 

Cela signifie-t-il qu'Europe-Ecologie-Les Verts s’ancre dans le paysage politique ? 

Effectivement. Les Verts s’ancreraient dans les territoires avec un nombre significatif d’élus locaux. Le parti dirigé depuis un mois par Julien Bayou s’imposerait aussi au sein de la gauche, face surtout au PS avec qui s’est instauré un vrai bras de fer dans le cadre de ces municipales. En revanche, EELV est-il prêt à constituer comme il l’ambitionne un troisième pôle politique et idéologique face d’une part aux progressistes d’Emmanuel Macron, qui, hier, a appelé de ses vœux une écologie « économique, sociale et culturelle », et d’autre part aux nationalistes de Marine Le Pen ? Les Verts s’y attellent mais il faudra attendre 2022 pour l’affirmer. 

L'équipe
  • Jannick AlimiJournaliste politique au Parisien Aujourd'hui en France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.