Solenn de Royer

J'étais hier à Bordeaux où François Hollande inaugurait la Cité du vin. Il était accueilli par Alain Juppé, le maire de la ville mais aussi le favori des sondages pour 2017. Et j'y ai vu un drôlede pas de deux. C’était plein de non dits !L’un est président sortant et pour l’instant aucun institut de sondage ne le qualifie pour le deuxième tour !

Tandis que l’autre est le favori de la course à la présidentielle.

Pour l’instant personne ne sait si les deux hommes se retrouveront l’un contre l’autre, dans un an. Mais hier à Bordeaux, tout le monde ne pensait qu’à ça : à l’affiche de 2017 !

16% aimeraient passer le réveillon avec le désormais consensuel Alain Juppé
16% aimeraient passer le réveillon avec le désormais consensuel Alain Juppé © MaxPPP

Celle d’hier en tous cas avait attiré la foule des grands jours. Pas moins de 110 journalistes accrédités ! Nous étions tellement nombreux qu’il a fallu tirer au sort pour savoir qui pourrait suivre la visite. Dans notre jargon, on appelle ça un pool. C’est souvent très frustrant. Mais hier, par miracle, j’ai eu de la chance : j’ai gagné le tirage au sort !

Ils ont cheminé côte à côte en faisant assaut de courtoisie républicaine. Mais enfin, derrière les sourires, je peux vous dire que les couteaux restaient bien aiguisés. François Hollande a pris soin de marquer son territoire. Sur le thème :le président, pour l’instant, c’est moi !

Un exemple : pendant son discours, le chef de l’Etat a pris un malin plaisir à donner du « Monsieur le maire » à Alain Juppé. Et pas qu’une fois ! On a compté : 4 fois.

Cela vous rappelle quelque chose évidemment : le débat d’entre deux tours, en 1988. Mitterrand, avait donné à Chirac du « Monsieur le premier ministre » pendant tout le débat. Une manière de soumettre l’adversaire, de le remettre à sa place. Eh bien, Hollande, hier, ne s’est pas privé de cette petite perversité !

François Hollande et Alain Juppé ont évoqué la situation sociale. Il faut dire qu’Alain Juppé s’y connaît en grèves…

Celles de 1995, c’est comme le scotch du capitaine Haddock pour Alain Juppé, ça lui colle à la peau. Hier à Bordeaux, on lui a demandé s’il avait un conseil à donner à François Hollande… Alain Juppé a répondu : « Il faut E-COU-TER ! »

On ne sait pas s’il a retenu les leçons d’il y a 20 ans. Quoi qu’il en soit, c’est là-dessus qu’il joue, Juppé. Il veut qu’on pense qu’il a changé. Il l’a redit hier, en citant Cicéron : « Les hommes sont comme le vin. Avec le temps, les bons s'améliorent et les mauvais s'aigrissent.» Vous noterez au passage la petite pique pour Nicolas Sarkozy !

C’est finalement leur point commun, à Hollande et Juppé : ils détestent Sarkozy. Et ils rêvent tous les deux de le voir trébucher. C’est peut-être à ça qu’ils ont trinqué, mardi matin, sur le toit de la Cité du Vin. C’était un drôle de toast , il faut bien l’avouer…

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.