Les écologistes ont un nouveau chef ! Julien Bayou a été élu, ce week-end, secrétaire national d’Europe Ecologie les Verts. Ce n’est peut-être pas une bonne nouvelle pour l’écologie politique.

Julien Bayou
Julien Bayou © AFP / GEOFFROY VAN DER HASSELT

Chaque jour l’urgence écologique se rappelle à nous. Ne serait-ce qu’en allumant la radio ce matin et en découvrant qu’une partie du Sud-Est est encore paralysée en raison de dramatiques inondations facilitées par l’artificialisation des sols. Un sujet pour la COP 25, la conférence internationale sur le climat dont l’ouverture aujourd’hui à Madrid se fait dans la plus grande indifférence. 

Dans ce contexte, après le score inattendu de la liste de Yannick Jadot aux dernières européennes, 13,5 % des voix, une offre sociale-écologiste pourrait avoir de beaux jours devant elle dans la perspective de la présidentielle 2022. Et peut-être troubler le duel Macron-Le Pen dont 72% des Français ne veulent pas, selon un sondage Ifop pour le Figaro publié mi-novembre.

L’horizon semble donc dégagé pour Yannick Jadot, mais ce n’est pas si simple

Pour séduire une partie de l’électorat d’Emmanuel Macron (14 % exactement) lors des européennes, Yannick Jadot s’est installé sur une ligne et de gauche et de droite, ou plus exactement et de centre-gauche et de centre-droit, reconnaissant par exemple l’économie de marché, histoire de n’effrayer personne. Ce qui a très bien fonctionné dans le centre des grandes villes. Mais, samedi, alors que Yannick Jadot soutenait une motion concurrente, c’est finalement celle de Julien Bayou qui a été choisie, faisant de ce presque inconnu le nouveau secrétaire national d’EELV.

Ancien de Génération précaire et du collectif Jeudi noir, ce conseiller régional d’Ile-de-France est très marqué à gauche. Son programme a beau s’intituler « L’écologie au pouvoir, grandir ensemble pour gagner enfin », le message envoyé par les militants est limpide : non au recentrage à la sauce Jadot. 

Ils étaient pourtant tous les deux d’accord pour créer un mouvement écolo plus rassembleur

Oui, mais sur quelle base ? Et surtout quelle ligne ? On s’appuie sur les actions de blocage d’Extinction Rébellion ou on se la joue dans le système, à la manière des Verts allemands ? Sans compter qu’EELV est désormais un vieux parti, marqué par une forme de malédiction qui veut que dès qu’une tête dépasse, elle soit immédiatement tranchée. 

On pense au sort réservé à Nicolas Hulot lors de la primaire pour 2012, ou encore à celui de Cécile Duflot, vaincue cinq ans plus tard lors du même exercice. Il n’est donc pas impossible que le choix de Julien Bayou par les militants signe le début des ennuis de Yannick Jadot. Car très souvent, l’écolo est un loup pour l’écolo.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.