Emmanuel Macron est toujours, presque quatre ans après le début de son quinquennat, en quête de nouveaux représentants.

Emmanuel Macron, président de la République
Emmanuel Macron, président de la République © AFP / BENOIT TESSIER / POOL

C’est une constante depuis le début de son mandat, Emmanuel Macron veut tourner la page des vieux corps intermédiaires, de tous ces ambassadeurs de l’ancien monde qui peuvent constituer une barrière entre lui et les Français

Cela a commencé par les leaders syndicaux, accusés de vouloir co-présider la France. Cela s’est poursuivi par les maires avec qui les relations restent fluctuantes. Ils sont vilipendés eux aussi quand ils font trop de politique mais très utiles quand il faut faire accepter des mesures comme un confinement partiel le week-end sur le littoral des Alpes-Maritimes ou dans le Dunkerquois.

Même traitement pour les scientifiques. Bien pratiques au début de la crise, ils sont aujourd’hui présentés par l’Elysée comme des obsédés des restrictions. 

Quel est le but du président, installer un face à face avec la population ? 

Il s’agit plutôt d’imposer dans l’espace public ses propres leaders d’opinion, à même de peser sur ce que pense toute une partie de la population. 

C’était le cas des 150 membres tirés au sort de la Convention citoyenne sur le climat. Mais aussi des jeunes influenceurs invités la semaine dernière à l’Elysée par le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal pour Sans filtre, une émission diffusée sur la plateforme twitch. 

Quelques jours plus tôt, Mcfly et Carlito les deux youtubeurs aux 6,2 millions d’abonnés étaient officiellement chargés par le président de la République de réaliser une vidéo pour nous rappeler le respect des gestes barrières. 

Le bilan de ces tentatives : c’est tout sauf une réussite. 

Réunis dimanche soir pour leur dernière session, les membres de la Convention citoyenne pour le climat ont jugé très sévèrement la traduction par le gouvernement de leurs propositions. La note est même sous la moyenne. 

De leur côté, les influenceurs de l’Elysée censés porter la voix des jeunes ont ulcéré les étudiants, pour certains dans une grande précarité qui estiment n’avoir rien en commun avec ces stars des réseaux sociaux, payés par les marques. 

Quant à McFly et Carlito, pas sûr que vous ayez besoin de l’écouter pour penser à vous laver les mains. 

S’il voulait vraiment faire évoluer les codes de la représentation, Emmanuel Macron devrait plutôt se pencher sur la proportionnelle pour les législatives

Cela ferait certes beaucoup moins de like sur les réseaux sociaux, mais sans doute beaucoup plus de bien à la démocratie…

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.