Pourquoi, huit jours après sa victoire aux européennes, le Front national a-t-il laissé un champ de ruine politique derrière lui ?

Parce que l’UMP est à terre et le Parti socialiste au 36ème dessous pour ne parler que des partis les plus importants. Et les manifestations de jeudi dernier contre cette poussé inédite du FN ont drainé peu de monde. Certes les européennes ne valent pas l’enjeu d’une présidentielle.

Pour autant, son arrivée en tête du scrutin a provoqué un choc qui n’a pas engendré de sursaut républicain. En fait, le Front national n’a pas seulement battu ses opposants, qu’ils soient politiques, syndicalistes ou simples citoyens. Il les a tétanisés, momifiés.

Ils sont déboussolés face au nouveau visage que présente le FN. Pour tromper l’adversaire, le FN n’a pas changé de marchandise, mais a ripoliné sa vitrine. A défaut d’être un parti républicain, il veut faire croire qu’il l’est et qu’il en a toutes les vertus. Ce qui est plus inquiétant encore parce que plus pernicieux, c’est que les opposants à l’extrême droite, puisqu’elle n’est rien d’autre que cela, se divisent quand ils ne se torpillent pas, se désarment eux-mêmes.

Et par exemple, quand un chanteur compose un texte qui vise à dénoncer cette montée de l’extrême droite, il est moqué, critiqué. Je veux bien sûr parler de Benjamin Biolay qui a écrit une chanson dans la foulée du 25 mai et l’a publié sur Internet.

Une fois n’est pas coutume dans cette chronique nous allons écouter un morceau de musique: le « Vol Noir » :

Cette version revisitée du chant des partisans aurait pu devenir un hymne. Elle n’est déjà qu’un vieux souvenir. Plus prosaïquement, le Front national a désarmé nos penseurs, nos intellectuels, nos philosophes. Où sont-ils ? Et quand ils ont le courage de parler pour mettre à mal des idées reçues, il n’y a pas grand monde pour les relayer.

Il faut lire par exemple l’excellent entretien paru dans Le Monde de vendredi d’Olivier Roy. Que nous dit cet universitaire spécialiste de l’Islam ? Que le modèle d’intégration français fonctionne bien, mieux même qu’au Royaume-Uni et en Suède. Deux pays qui servent d’habitude à illustrer notre pseudo échec.

Je cite Olivier Roy : « l’ascension sociale des classes moyennes issues de l’immigration musulmane est une évidence ». Voilà le genre d’assertions qui tranche avec ce qu’on entend ces derniers jours : que la France ne serait qu’une fabrique à djihadistes.

Sauf que plus personne n’ose le dire parce que le Front national pourrait en profiter. Le monde à l’envers ! Il ne s’agit pas de savoir si c’est vrai ou faux : il s’agit d’évaluer en quoi cela peut alimenter le vote frontiste.

Autre exemple : Christiane Taubira est accusée de défendre un projet de réforme laxiste de la justice -présenté aujourd'hui à l'Assemblée nationale- avec la mise en place de la contrainte pénale comme alternative à l’incarcération systématique. Mais laxiste au regard de quoi ? Tout simplement au regard des canons, des critères d’une droite sous le joug de son extrême.

Ce n’est pas diaboliser le FN que de dénoncer ce statut illégitime de baromètre des politiques publiques et des autres dirigeants politiques, c’est s’insurger contre l’abandon de la pensée.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.