Il est beaucoup question de drogue en ce moment en politique. Vous connaissez la petite blague qui circule chez les Républicains ? « Si vous voulez un peu de drogue, hein, vous nous dites, on va vous trouver ça ! »

Nicolas Sarkozy
Nicolas Sarkozy © MaxPPP

C'est le bras droit de Nicolas Sarkozy, Michel Gaudin, ancien préfet de police de son état, qui la raconte à tout le monde en rigolant, mais jaune. Vous avez évidemment compris l'allusion à l'affaire « Air Cocaïne ». L'ancien président est tombé de l'armoire, dimanche, en ouvrant son JDD .

Lui, géolocalisé sur ses téléphones comme un vulgaire trafiquant de drogue ? On l'a rencontré hier pour Le Parisien et autant vous dire qu'il était furioso. Je vous livre cette tirade, mythique : « Même Pablo Escobar n'a pas été écouté ! ».

Il faut reconnaître, à sa décharge, que même les experts judiciaires pensent que la juge d'instruction en charge de cette affaire a peut-être un peu... fumé la moquette, excusez le jeu de mots.

La justice en a fait trop envers l’ancien chef d’État . C'est vrai, mais si on regarde de près, ça lui rend plutôt service. On a quand même du mal à l'imaginer en Don Corleone, parrain de la mafia, comptant les valises de cocaïne. Et du coup, ça vient accréditer sa thèse d'un « acharnement » des juges, qu'il a eu la mauvaise idée pendant son quinquennat de traiter de « petits pois ». Ca renforce aussi les partisans de la théorie du complot à droite, qui pensent que François Hollande est derrière tout ça, pour lui barrer la route de l'Elysée !

Mais le plus comique, et personne ne l'a relevé, c'est que la fiction est dépassée par la réalité. Est-ce que vous savez quelle est la série que Sarkozy a longtemps préférée? Je vous le donne en mille : c'est « Breaking bad », l'histoire d'un prof de chimie qui a une double vie de trafiquant de meth. Carla Bruni devrait peut-être se méfier !

L'ironie de l'histoire, c'est que ça tombe au moment où la gauche relance le débat sur la légalisation du cannabis. Savoureux, non? La semaine dernière, on a entendu le patron des députés PS, Bruno Le Roux, nous dire qu'il fallait ouvrir le débat sur le contrôle par l'Etat de la vente du cannabis. Dimanche, c'est la garde des Sceaux, Christiane Taubira, qui a estimé qu'il fallait arrêter de fermer les yeux sur la question de la dépénalisation du chichon. Après le mariage gay, à quand le « pétard pour tous » ?

Bref, à un mois des régionales, la gauche peut dire merci à Sarkozy, qui a détourné l'attention, bien malgré lui. Le pire, comme il nous l'a lui-même dit, c'est qu'il n'a « jamais fumé » de sa vie...

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.