Il y a une primaire dont on parle moins, c'est celle des écologistes. Avec un match, notamment, entre Cécile Duflot et Yannick Jadot.

L'autre jour, sur les chaînes parlementaires, il y avait un débat entre les candidats. C'était d'une courtoisie... d'une politesse... Les gens commençaient leur phrase par « Comme l'a dit Yannick Jadot... » D'autres disaient : « Ah, Comme l'a dit Cécile Duflot. »

Personne, chez LesVerts, ne se balance plus de missiles en public. Et ça, pour une simple et bonne raison, qui d'ailleurs fait la différence avec la primaire de la droite et avec celle du PS. C'est que les écolos sortent d'une année horrible. Des défaites, un scandale sexuel, une quasi scission...

Bref, pour gagner la primaire – ce sera les 19 octobre et le 7 novembre – la clé c'est d'apparaître comme le meilleur pour rassembler ce qui reste des Verts. Ce qui fait donc que Cécile Duflot et Yannick Jadot font comme si tout allait bien entre eux.

En réalité, ce n'est pas vraiment le cas. Yannick Jadot aurait pu avoir un tout autre destin. Mais il a toujours été barré par Cécile Duflot. Elle ne l'a jamais laissé prendre du galon chez les Verts. Et, en 2012, elle n'a rien fait pour qu'il puisse entrer au gouvernement.

D'où une veille rivalité et un peu d'aigreur de la part de Jadot. Il a été dirigeant de Greenpeace. Il est reconnu dans le milieu associatif. Il est à l'aise à l'oral. C'était un rival potentiel.

Pour la première fois, ces deux-là vont se mesurer, se défier. En coulisses, Yannick Jadot critique Cécile Duflot dans les déjeuners en la faisant passer pour une "manoeuvrière". Comment elle mobilise les cadres du parti pour sa campagne. Comment elle a fait inscrire un maximum de sympathisants, acquis à sa cause. Car il faut être inscrit pour participer à cette primaire. On attend 17 000 participants. Ce qui est beaucoup pour Les Verts.

Et sur le fond, il n'y a aucune divergence entre eux. Ce n'est pas comme Montebourg contre Valls en 2011, à la primaire du PS. Non, ils sont d'accord sur l'essentiel. C'est avant tout, on y revient, une affaire de personne.

Yannick Jadot veut jouer le renouveau. Il va créer un front anti-Cécile Duflot, au second tour. Pour cela, il aura besoin de récupérer les voix des deux autres candidates : Karima Delli et Michèle Rivasi.

Je peux vous l'annoncer. Ça va chauffer à mesure qu'on se rapproche de la fin. Le 27 octobre, entre les deux tours, il y aura une dernière confrontation. Un débat sur BFM. Et là, avec la pression médiatique, le vernis va craquer...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.