Le décalage de traitement entre les deux grands ministres démissionnaires de l’année, Nicolas Hulot et Gérard Collomb est saisissant. Dans le premier cas, Hulot, a eu droit, de la part de nombre de commentateurs parisiens à une béatification expresse. – Santo subito- comme on dit au Vatican.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.