Un sondage commandé par Le Parisien Magazine et révélé par France Info hier dévoile que 56% des Français pensent que DSK ferait mieux que François Hollande. De prime abord, ce sondage n'a pas de sens.

MaisDSK ne fait plus partie de la vie politique depuis l’affaire du Sofitel. Et c’est en partie pour ça que les Français le plébiscitent. Plus les hommes politiques sont éloignés du marigot, moins ils se mêlent de la gestion quotidienne du pays, plus les Français pensent qu’ils feraient mieux que ceux qui ont les mains dans le cambouis.

dsk prend ses fonctions de conseiller économique de la serbie
dsk prend ses fonctions de conseiller économique de la serbie © reuters

Mais il y a une explication plus profonde au résultat de cette étude. Les Français ont envie d’être rassurés et DSK conserve l’image d’un économiste crédible. Ils ne veulent pas d’un retour de l’homme, ils saluent une vision réaliste et pragmatique de l’économie, éloignée de l’orthodoxie socialiste. Et ça, ça devrait rassurer François Hollande, embarqué depuis peu sans complexe dans une trajectoire pro-entreprise, qui défend l’offre, qui dialogue avec le Medef, et même, qui accorde un hug , une accolade, à un jeune patron français exilé dans la Silicon Valley…

Je peux vous dire que certains jubilent de tout cela, surtout, les autoproclamés « réformistes ». Des élus socialistes en lutte contre l’archaïsme et le sectarisme -je les cite- de l’aile gauche du PS, représentée par Emmanuel Maurel et Marie-Noëlle Lienemann. En petit comité, la plupart des ministres méprisent cette fameuse aile gauche. L’un d’eux lâchait récemment que ce que la sénatrice Marie-Noëlle Lienemann peut bien dire « lui en touche une sans faire bouger l’autre ». Du Chirac dans le texte.

Mais il n’empêche que ce courant est difficilement attaquable parce qu’il est précisément la caution de gauche du PS ! Et puis, dans les médias, c’est bien lui dont la voix porte le plus, au point d’exaspérer les réformistes qui veulent se faire entendre.

Ecoutez le député Jean-Marie Le Guen craquer sur le plateau de Mots croisés . Cet ancien strauss-kahnien se met tout d’un coup à clamer son identité réformiste comme un cri du cœur, comme s’il se libérait d’un lourd secret presque honteux. C’était lundi soir sur France 2 :

__ Voilà, c’est dit. **Il y a un autre réformiste qui a fait parler de lui hier. Je vous le donne en mille… C'est Jérôme Cahuzac !** L’ancien ministre du Budget, ex strauss-kahnien, qui était à Bercy sous la tutelle de Pierre Moscovici - ex strauss-kahnien aussi, décidemment. On parle de lui parce qu’il a fait appel de sa suspension par l’Ordre des médecins et parce que une nouvelle procureure reprend son affaire. Mais une confidence plus politique est rapportée dans _L’Opinion_ . Celle de Bernard Poignant, un très proche conseiller de François Hollande, qui dit ceci : "Dire qu'il pourrait être aujourd'hui l'homme de la situation, l'homme par excellence du pacte de responsabilité !". On savait François Hollande très inspiré par Jacques Delors. Mais c’est l’ombre strauss-kahnienne qui pourrait planer _in fine_ sur son quinquennat de l’économie.
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.