En baisse dans tous les sondages depuis ses déboires avec la justice, il doit désormais faire face à une colère en interne :ça gronde chez les Insoumis ! Comment peut-il espérer rebondir ?

Jean-Luc Mélenchon
Jean-Luc Mélenchon © AFP / CHRISTOPHE SIMON

Cela ne va pas être facile car il est certain que l’épouvantable automne que vit Jean-Luc Mélenchon laissera des traces, dans les esprits et dans son parti. Et pour plusieurs raisons : La première est évidemment liée aux affaires, pas la peine de revenir sur son attitude lors des perquisitions puis devant les journalistes. On a vu dans tous les sondages, l’effet désastreux qu’elle avait eu jusque chez ses propres sympathisants. La deuxième raison est interne aux Insoumis. Elle tient à la grogne grandissante contre Manuel Bompard le possible leader de la France Insoumise pour les élections européennes. Longtemps dans l’ombre de Mélenchon, le jeune homme est aujourd’hui très vivement critiqué pour son autoritarisme et pour avoir écarté tous ceux qui oseraient remettre en cause la ligne majoritaire. Résultat : difficile de lancer une campagne électorale dans de plus mauvaises conditions… D’ailleurs ce climat général a été assez bien résumé dans la tribune publiée hier dans le JDD par d’anciens Insoumis qui écrivent que la formation « souffre d’un grave problème de crédibilité », convaincus qu’en l’état « elle ne peut pas incarner une alternative crédible… »    

Et pourtant ils étaient plus de 1.500 vendredi à Lille pour le meeting de Jean-Luc Mélenchon

Mais l’enthousiasme des troupes mélenchonistes qu’on a effectivement vu vendredi soir peut masquer une autre réalité. Celle d’un noyau dur de militants radicalisés avec une formation politique soudée autour de son chef mais incapable de s’ouvrir de rassembler au-delà de cette propre force. Avec entre 11 et 12% d’intentions de vote aux prochaines européennes et une quatrième position derrière la liste macronienne, celle du Rassemblement national et de la droite de Laurent Wauquiez, c’est le piège qui guette aujourd’hui Mélenchon. 

Ce mouvement de colère contre la hausse des prix du carburant, mouvement que les Insoumis soutiennent, peut-il être l'occasion pour Jean-Luc Mélenchon de se relancer ?   

Là aussi c’est compliqué car après qu'il a apporté son soutien à la manifestation du 17 novembre, ses opposants n’ont pas manqué de souligner que lors de la campagne présidentielle il proposait de sortir du gazole et même de supprimer l’avantage fiscal pour les flottes d’entreprise : des propositions pas si éloignées de celles du gouvernement… Bref Jean-Luc Mélenchon devra probablement compter sur une autre thématique pour espérer rebondir et clore une séquence aussi délicate qu’interminable.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.