Le Président de la République est, contrairement aux idées reçues, un homme pressé, hanté par le temps qui passe, et bien décidé à mettre le turbo sur les réformes.

Ce que je vais vous dire va peut-être vous étonner, parce qu'on a l'image d'un François Hollande plutôt tranquille, débonnaire, pour ne pas dire un peu trop « pépère ». Et pourtant, il court, il court, le Président. Après quoi ? Après le temps perdu. Il le reconnaît lui-même en petit comité : son immense regret, c'est de ne pas avoir bien utilisé les cent premiers jours de son mandat pour frapper un grand coup, réformer le pays à la hussarde, et d'avoir au contraire pris des vacances dans le Var et donné l'impression qu'il n'était pas pressé, pas vraiment prêt à gouverner, lui qui voulait tout simplement apaiser le pays après cinq années de tornade Sarkozy. Or c'est là, lors de ce fichu été 2012, qu'il aurait sans doute fallu faire passer des textes difficiles comme le mariage pour tous. Maintenant, c'est trop tard. Et tout ce temps gâché, c'est sans doute le péché originel de ce quinquennat.

C'est pour cette raison qu'il veut réformer par ordonnances et décrets.

hollande s'attaquera à la lourdeur administrative par ordonnance
hollande s'attaquera à la lourdeur administrative par ordonnance © reuters

Vous connaissez ce procédé qui permet de court-circuiter le Parlement pour gagner beaucoup de temps et de faire appliquer les réformes par décret immédiatement. Le gouvernement l'a déjà utilisé un peu l'an dernier. Ce qui avait beaucoup fait rire Nicolas Sarkozy d'ailleurs. Vous savez ce que disait l'ancien Président ? « Si j'avais fait ça, on m'aurait traité de dictateur ! » François Hollande veut maintenant aller plus vite, plus fort. C'est ce qu'il a dit à ses ministres vendredi : il faut accélérer, pied au plancher. Quand il était à la tête du PS, il était pourtant très critique sur les ordonnances, une méthode « détestable » selon lui.

Ecoutez ce qu'il en disait en 2005, quand le gouvernement de Dominique de Villepin y avait eu recours sur l'emploi:

Depuis, on peut dire qu'il a changé d'avis. Il s'est rendu compte que les premiers résultats de sa politique tardent à se concrétiser : la courbe du chômage ne s'est toujours pas inversée, la croissance pas remise à souffler. Bref, le changement, ce n'est pas encore pour maintenant. Il s'est aperçu aussi que le Parlement va fermer cinq semaines pour cause d'élections municipales. Or, le grand horloger de l'Elysée sait qu'il est déjà à un tiers de son quinquennat : il est au pouvoir depuis 610 jours très exactement, il lui en reste donc 1215 seulement s'il veut être réélu.

Et il y a peut-être une raison plus personnelle à cette course contre la montre. On oublie parfois que ce sont des hommes qui nous gouvernent. Or, il y a des dates qui comptent dans la vie d'un homme. Et la présidentielle de 2017 n'est pas la seule pour François Hollande. L'été prochain, le 12 août 2014 exactement, il fêtera en effet ses... 60 ans !

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.