Par Marcelo Wesfreid

Ségolène Royal est réapparue pour parler des inondations, alors qu’elle est restée très silencieuse sur la loi travail.

Impossible maintenant de la rater, Ségolène Royal. Elle est tous les jours, à la télé. Pour parler de la Seine qui monte, de la Seine qui baisse.

Elle est à fond. Sur son téléphone portable, elle reçoit toutes les heures un SMS où ses services lui disent à quelle hauteur est la Seine.

Son ministère de l'Ecologie, boulevard Saint Germain, à Paris, c'est devenu un grand centre de communication. Royal fait des conférences de presse, des points sur la situation tous les jours. Quand elle s'exprime, elle a derrière une photo du globe terrestre. Comme un présentateur météo. Elle est aussi allée à la rencontre des sinistrés à Nemours. Royal a d'ailleurs lancé une idée sur Twitter pour les communes en zone inondables. Qu'elles s'équipent en sirènes pour prévenir les populations en cas de problème.

Elle a brisé son silence radio, car en effet, on ne l'entendait plus. Ni sur la pénurie d'essence (c'est quand même elle la ministre de tutelle des transports), ni surtout, pour parler de la loi Travail : le sujet qui divise la France…

Elle ressort sur un sujet rassembleur. Car les polémiques du moment, elle les évite. Un signe qui ne trompe pas : une participe plus à la moindre émission politique. Pourquoi ? Parce que, si elle parlait vraiment, elle dirait le fond de sa pensée : à savoir que la gestion de la crise actuelle, c'est une erreur. Elle n'est pas en phase avec la méthode intransigeante d'un Manuel Valls.

Le 49-3, par exemple, elle ne l'aurait jamais utilisé. Si ça ne tenait qu'à elle, elle aurait renvoyé en commission le texte de la Loi Travail jusqu'à trouver un accord. Et tant pis si ça renvoie l'image d'un président qui a du mal à réformer..

Ségolène Royal a défendu son texte à l'Assemblée nationale
Ségolène Royal a défendu son texte à l'Assemblée nationale © maxppp

Mais après les inondations, est-ce qu'on va continuer à voir Ségolène Royal ?Sur la politique intérieure, ce n'est pas sûr. Elle est prudente. On l'a vu. Par rapport à 2017, elle adore Macron. C'est la seule au gouvernement, mais on la voit mal le soutenir. Ségolène Royal préfère se consacrer à l'International. Comme présidente de la COP 21, elle voyage sans arrêt : car il faut faire ratifier l'accord de Paris. La France a jusqu'à novembre pour faire avancer les choses, avant de passer le flambeau au Maroc pour la prochaine COP. Cela occupe.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.