Trente-trois listes ont été déposées pour les élections européennes qui auront lieu le dimanche 26 mai. Et sur ces trente-trois listes, il y a plusieurs candidatures de Gilets jaunes. Sont-elles vraiment représentatives de ce mouvement ?

Listes "gilets jaunes"
Listes "gilets jaunes" © AFP / GERARD JULIEN

Il suffit de regarder les trois listes véritablement estampillées Gilets jaunes pour le constater. que non !

Il y a celle du chanteur Francis Lalanne plutôt à gauche, auquel on peine à accorder du crédit et deux autres plutôt proches de l’extrême-droite dont celle de Christophe Chalançon, vous savez, l’homme qui souhaitait que le général de Villers arrive au pouvoir pour éviter la guerre civile.

Au total, selon les dernières études d’opinion, ces trois listes Gilets jaunes rassembleraient à peine 3% des intentions de vote.

A cela s’ajoutent d’autres Gilets jaunes très médiatisés que l’on retrouve, l’un chez Dupont-Aignan, un autre chez Florian Philippot c’est à dire toujours sous des bannières souverainistes et anti-européennes. 

Mais là encore si l’on en croit les sondages, leur présence n’aurait pratiquement aucune incidence électorale.

Aucun d’entre eux ne peut donc sérieusement incarner le mouvement des Gilets jaunes.
 

Ils incarnent néanmoins une part du mouvement

Notamment les franges les plus droitières, les plus radicales, les plus anti-système des Gilets jaunes… 

Mais ce qui me semble le plus remarquable est que ces candidatures, dans leurs postures politiques, sont toutes très éloignées de ce qu’était le mouvement des Gilets jaunes à son origine, à l’automne…

Et ça n’est d’ailleurs pas une surprise, car depuis plusieurs mois on observe que les groupes d’extrême-droite et d’extrême-gauche ont dénaturé un mouvement dont le premier mérite était de rendre enfin visible des gens que les partis politiques traditionnels et pire encore l’Etat avaient fini par oublier. 

Ces véritable oubliés de la République - qui ont progressivement abandonné les manifestations du samedi, au profit des plus radicaux - ne se reconnaissent évidemment pas dans ces candidatures Gilets jaunes, pas plus d’ailleurs que dans les autres listes classiques…
 

C’est pour cela qu’il semble y avoir une résurgence des rassemblements sur les ronds-points 

Alors qu’on a assisté ce week-end à la plus faible mobilisation depuis le début, on a vu poindre une sorte de retour aux sources avec ces rassemblements des ronds-points et avec la résurgence des revendications originelles… 

Face à des représentants qu’ils ne reconnaissent pas, ce sont ces Gilets jaunes du début, les vrais, qui pèseront sur le prochain scrutin mais surtout qui décideront de l’avenir du mouvement…

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.