Regis Debray nous a assez répété que le sacré nous faisait défaut. Il est donc impossible de ne pas s'interroger sur ce que la France peut retenir de ces deux monstres dits justement " sacrés".

Par Etienne Gernelle

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.