C’est un revenant, qui a fait son retour hier à l’Assemblée nationale, revenant cité aussi dans l’interview de François Hollande et c’est plutôt flatteur pour lui.

de nouveau député, ayrault voit le redressement pour cet été
de nouveau député, ayrault voit le redressement pour cet été © reuters

Ce revenant, c’est… Jean-Marc Ayrault ! Cela fait déjà plus d’un mois, que François Hollande l’a débarqué de Matignon. C’était le 31 mars dernier. À l’époque, le Président n’avait pas franchement été très délicat. Il avait mis un terme à leur couple exécutif d’un simple coup de fil. Autant dire que Jean-Marc Ayrault était furieux de la manière dont cela c’était passé.

Eh bien hier, François Hollande s’est un peu rattrapé sur la forme. Lors de son interview sur BFM, il a rendu hommage à Jean-Marc Ayrault. Il a dit qu’il avait fait du bon travail, qu’il avait fait des actes majeurs pour la compétitivité, pour l’emploi, pour la réduction des déficits. Mais c’est ailleurs, dans un petit commentaire du Président, que Jean-Marc Ayrault a dû se sentir un peu réhabilité. On va écouter François Hollande :

« Je ne l’ai pas suffisamment dit. » Vous savez ce que Jean-Marc Ayrault me disait ainsi qu’à quelques journalistes trois jours avant son limogeage ?

« Le seul regret que j’ai, c’est de ne pas y avoir été suffisamment fort dans la communication de l’état des lieux, qui n’était pas bon, lorsque nous sommes arrivés au pouvoir. » Jean-Marc Ayrault voulait dire que la situation était grave pour faire admettre aux Français que les efforts étaient indispensables. S’il ne l’a pas fait c’est parce qu’un certain… François Hollande l’en a formellement empêché !

Jean-Marc Ayrault nous a confié parlant du Président : « Il pensait qu’il ne fallait pas aller trop loin pour ne pas décourager les Français. »

C’est loin d’être anodin. De nombreux proches de François Hollande, de nombreux ministres, estiment aussi que cette absence de clarté, cette manière d’avoir eu l’air de prendre la situation à la légère est le péché originel de François Hollande… Que c’est à ce moment là qu’il a perdu sa crédibilité. En donnant l’impression de ne pas réaliser la crise. Alors c’est suffisamment rare pour être souligné : hier François Hollande a dit : j’avais tort, Jean-Marc Ayrault avait raison…

Je n’irai pas jusqu’à dire qu’il manque, car la vie politique a cela de cruelle que les pages se tournent très vite. En l’occurrence, à la tête de l’État, la page Jean-Marc Ayrault à Matignon est bel et bien tournée, et de nombreux ministres n’en n’ont toujours pas fini de pousser un ouf de soulagement. Parce que le mode de fonctionnement entre eux et leur nouveau chef leur apparaît comme plus simple.

Arnaud Montebourg est celui qui le dit le moins discrètement. Dans une séquence filmée par i> Télé mi avril le nouveau patron de Bercy se félicitait que le dialogue ait repris entre ministre, que les hauts fonctionnaires de Matignon n’aient plus autant de pouvoir qu’avant, que le politique finalement ait repris le dessus sur l’administratif.

Une ministre se félicitait lundi devant nous que le mode de fonctionnement soit beaucoup plus clair avec Manuel Valls. En gros, ce qu’ils disent, c’est qu’avec lui : « C’est moderne, c’est totalement fluide, les échanges sont fréquents ». Hier, François Hollande a dit merci à Jean-Marc Ayrault… Mais vous voyez, les oreilles de l’ancien Premier ministre n’ont pas fini de siffler

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.