Par Hugo Domenach, du Point

A propos de la primaire à droite, le dernier sondage Ipsos pour le Point donne des résultats très surprenants.

Voilà un sondage incroyable. On se pince en lisant les résultats. Même s'il faut évidemment le prendre avec des pincettes. Il ne s'agit que d'une étude isolée faite à partir de quelques centaines de personnes. Et l’élection aura lieu que fin novembre 2016. Il peut se passer beaucoup de choses d’ici là, une mise en examen par exemple. Mais le résultat est vraiment inattendu.

sarkozy pas affaibli dans les sondages en vue d'une primaire
sarkozy pas affaibli dans les sondages en vue d'une primaire © reuters

En fait, contrairement à ce que l'on pourrait croire, si la primaire a lieu dimanche prochain et que ce sont les sympathisants de la droite et du centre qui votent, Alain Juppé est élu. Par contre, si l’on se réfère aux intentions des 7 % des Français de tous bords, y compris de gauche, qui déclarent avoir la ferme intention de voter aux primaires, c’est Sarkozy qui a nettement l’avantage. Ce deuxième scénario est le plus probable puisqu’il suffira de poser sa signature sur la charte de la primaire qui assure qu’on partage les valeurs de la droite et du centre et de dépenser 2 euros pour voter. À ma connaissance, l’UMP n’a pas encore inventé la machine à détecter la couleur politique des électeurs.

Jusqu’ici on pensait qu’en cas de primaires ouvertes, les électeurs de gauche voteraient pour Alain Juppé et ce n’est pas ce que dit votre sondage.

À première vue, c’est totalement incompréhensible. Juppé a fait une campagne très à gauche, en posant à la une des Inrocks ou en parlant GQ. Et parmi les électeurs de gauche, beaucoup veulent tout faire pour éviter un combat entre leurs deux pires cauchemars : Marine Le Pen et Nicolas Sarkozy.

Mais parmi les 7 % de Français qui déclarent vouloir voter à cette primaire, il y a plus de sympathisants FN que de sympathisants de gauche ou de sympathisants UDI. En gros, la gauche de Juppé serait débordée par sa droite, voir la droite de sa droite, beaucoup plus pro-sarkozyste et surtout beaucoup plus motivée pour voter. La clé de la primaire, c’est vraiment la mobilisation des électeurs.

alain juppé n'exclut pas une candidature aux primaires à droite
alain juppé n'exclut pas une candidature aux primaires à droite © reuters

Les autres candidats de l'UMP comptent-ils pour du beurre ?

Ils comptent même des petits beurres tant ils se font croquer. Quelques enseignements quand même : Fillon a beau privilégier le fond, il n’est pas en grande forme. Bruno Lemaire est solidement installé à la troisième place devant lui chez les électeurs de l’UMP, de la droite et du centre, et chez les Français qui ont l’intention de voter.

Derrière les deux hommes, Xavier Bertrand Jean-Christophe Lagarde et Nathalie Kosciusko-Morizet, se grappillent les restes. Solide dernière, NKM fait entre 0 et 1 % des intentions de vote, quel que soit le cas de figure. La candidate pas encore déclarée a visiblement plusieurs métros de retard. Au moins, on est sûr que maintenant, elle connaît le prix du ticket.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.