A quelques jours de cette allocution il y a sous doute tempête sous le crâne présidentiel. Emmanuel Macron est en zone très dangereuse...

D’abord parce que contrairement à ce que les pisse-froid ou pisse-vinaigre ressassent depuis des mois, ce fameux Grand débat est une réussite. Alors bien sûr, il y avait tactique de la part du chef de l’Etat, à lancer cette consultation qui - en pleine crise des Gilets jaunes - avait d’abord pour objet de faire baisser la pression. Cela a d’ailleurs marché. Mais au-delà de cette dimension, il y a eu une véritable adhésion populaire. Les Français, un peu partout, ont eu le sentiment de reprendre la parole, ils ont manifesté une envie démocratique que même Mélenchon, Le Pen ou Dupont-Aignan, les plus virulents contempteurs, ne peuvent contester…  

Paradoxalement, c’est ce succès qui crée problème

Car il s’agit maintenant de le traduire par des propositions des initiatives concrètes et fortes… Et à quelques jours de l’échéance, il est par exemple évident qu’Emmanuel Macron ne pourra pas faire l’économie de mesures fiscales. C’est le cœur, en tout cas l’origine du mouvement des Gilets jaunes. Elles devront être radicales. Mais elles ne suffiront pas. Ce sont des mesures sociales, un nouvel aménagement du territoire, davantage de démocratie qu’attendent les Français. Autant de décisions qui pourraient induire un changement de politique ce qu’Emmanuel Macron n’envisage pas. C’est donc face à cette équation à multiples inconnues que se retrouve le Président: seul face à tous.

Il est acquis que les propositions que fera le président susciteront de la déception

Mais c’est l’ampleur de cette déception qu’il faudra mesurer. Si le Grand débat devait se conclure par un grand vide, c’est à dire des mesures cosmétiques, et si l’espoir devait se transformer en déception, c’est non seulement le mouvement des Gilets jaunes qui serait relancé mais pourrait alors s’ouvrir une crise dont les populistes et notamment le Rassemblement National seraient les premiers bénéficiaires. Avec son allocution et les mesures attendues, Emmanuel Macron joue la suite et la fin de son mandat. Mais pas que.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.