Au sujet des conséquences politiques du score du FN après les attentats, attention à ne pas sombrer dans une laïcité radicale.

Mettez-vous dix secondes dans la peau de l'un des 5 millions de Français de confession musulmane. Depuis les attentats, les réseaux sociaux sont inondés de témoignages d'islamophobie : insultes, agressions de femmes voilées, boucheries halal taguées, perquisitions abusives, contrôles d'identité à répétition, fidèles obligés de prier en plein air parce que leur mosquée est fermée. Sans parler des sarcasmes au boulot : « dis donc, Malika, toi aussi tu veux te faire sauter ? ».

La place de la Laïcité dans le 15ème arrondissement de Paris.
La place de la Laïcité dans le 15ème arrondissement de Paris. © MaxPPP

Mais le pire, ce sont les regards de peur dans la rue, dans le métro... Si je vous parle de ça, c'est parce que moi aussi j'ai peur qu'après le score du FN dimanche, certains politiques sombrent dans le n'importe quoi. Qu'ils se mettent à rêver d'une laïcité radicale où tout Français musulman ou d'origine maghrébine serait présumé suspect de sympathie jihadiste s'il n'accepte pas d'oublier ses racines.

Et on ne peut pas dire que cela se cantonne au FN, comme Marion Maréchal-Le Pen qui déclare « chez nous, on ne vit pas en djellaba » ou sa tante Marine qui appelle à « manger français ». Même chez les élus républicains, on entend des choses qui font froid dans le dos, en off. Comme cette personnalité du parti de Nicolas Sarkozy, qui me disait hier : « A chaque fois qu'on a des attentats, c'est des musulmans ! On est envahis. Où est la France ? »

Ou ce socialiste, qui me confiait : « Il va falloir poser la question de ce qu'on accepte sur notre territoire ».

Depuis dimanche, je peux vous dire que beaucoup de députés font tourner leur calculette pour savoir s'ils vont être balayés par le FN en 2017. Et ça, c'est la porte ouverte à tous les délires à 16 mois de la présidentielle : combien de temps avant qu'un élu ne réclame l'interdiction du voile dans les rues, l'obligation de se raser la barbe au travail ou un moratoire sur la construction de mosquées ?

Le risque, c'est de creuser encore le fossé entre les Français. La question, c'est : quelle société veut-on ? Une société tolérante, où les cultes coexistent dans la laïcité, ou une société de la suspicion généralisée ?

Le danger, c'est que ces Français musulmans ou d'origine maghrébine qui se sentent déjà relégués, deviennent les humiliés de la République. Et ce n'est pas faire le jeu du FN, c'est faire le jeu de l'Etat islamique. Parce que c'est exactement ce qu'il cherche.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.