Par Etienne Gernelle.

La visite d'Emmanuel Macron en Corse, était, dites-vous, unpiège géant tendu par le président de la République...

C'est un collet, une souricière, un attrape-nigaud, un piège à nationaliste... Aux élus corses , Macron a proposé un peu d'autonomie fiscale. 

En gros, il laisse la porte ouverte à une corsisation partielle de l'impôt, la possibilité pour la collectivité corse de lever ses propres prélèvements. A priori ceci est  flatteur pour les nationalistes qui réclament toujours de l'autonomie. 

Sauf que cette promesse est assortie, et logiquement d'ailleurs , d'une diminution des dotations de l'Etat

Et c'est là que le piège se referme, que la tapette à souris s'abat sur le cou du rongeur. Car évidemment, la Corse ayant un pib par habitant inférieur à la moyenne nationale, et bénéficiant  largement des transferts fiscaux en provenance de la métropole, serait perdante. 

Les élus y perdraient des moyens et n'y gagneraient que l'impopularité de ceux qui lèvent l'impôt.

Macron, lui y gagnerait quelques économies dont il a bien besoin...

Donc selon vous, pour être autonomiste ou indépendantiste, il faut être riche, comme la Catalogne...

Exactement. C'est la thèse brillamment défendue par Laurent Davezies dans un livre sorti en 2015 au seuil, et intitulé "le nouvel égoïsme territorial "

Selon Davezies, il existe deux principales catégories de régionalisme. Ceux qu'il appelle "pré nationaux " des régions plutôt pauvres réticentes pour des raisons culturelles à s'insérer dans une nation plus vaste. 

Et puis les régionalismes post nationaux, type Catalogne, ou Flandre, régions riches dont la principale motivation est de ne pas payer pour les autres.

Bref, la Corse est plutôt un régionalisme du passé. Pas de quoi s'énerver. Et si on s'interroge sur quelles région, en France pourrait correspondre à ce nouveau régionalisme des riches. D'après vous, lesquelles pourraient y voir un intérêt ?

L'île de France  ? 

Exactement ! Et c'est la seule. Toutes les autres régions sont bénéficiaires net des transferts publics. Seule l'Île de France est contributrice net! Macron n'a aucune raison de craindre Gilles Simeoni. Beaucoup plus de craindre Valerie Pecresse...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.