Par Nathalie Schuck

On prend des nouvelles de Patrick Buisson, l'ancien conseiller très droitier de Nicolas Sarkozy, qui est un devenu un pestiféré après l'avoir enregistré. Il n'est pas à la retraite, il regarde ce qui se passe à droite et il n'est pas tout seul.

patrick buisson condamné pour ses enregistrements de sarkozy
patrick buisson condamné pour ses enregistrements de sarkozy © reuters

Je ne sais pas si vous vous promenez de temps en temps dans le quartier de Montparnasse à Paris. Mais si c'est le cas, vous croiserez peut-être un petit club de penseurs, qui font pour l'instant le bonheur des éditeurs, mais qui espèrent bien faire demain celui des électeurs ! Je veux parler du trio sulfureux Patrick Buisson, Eric Zemmour et Philippe de Villiers. Peu de gens le savent, mais ces trois-là sont très copains. Tous les mois, ils se retrouvent pour déjeuner au restaurant la Rotonde. Autour de la table, ils parlent bouquins : Zemmour a fait un carton avec Le suicide français ; De Villiers aussi avec Le temps est venu de dire ce que j'ai vu , 222.000 exemplaires vendus ! Et Buisson, lui, prépare le sien pour dire tout le mal qu'il pense de Sarkozy. Ca promet d'être une bombe, surtout s'il la sort avant la primaire de la droite.

Ils ne parlent pas que de littérature, évidemment, ils parlent aussi beaucoup de politique. Et ils partagent la même analyse : selon eux, le temps de la "vraie" droite, identitaire, souverainiste, est enfin venu ! Ils sont persuadés que la France est entrée dans une période de chaos, de grands dangers, sur fond de menace terroriste. Et qu'ils ont eu raison avant tout le monde sur le rejet de l'Europe, le retour des frontières, le péril islamiste, la montée des tensions communautaires. Mais ce qui les intéresse surtout, c'est 2017 ... Ils ont fait leurs calculs : si Sarkozy est le candidat de la droite, ils n'ont pas d'espace. Mais si c'est Juppé, ils estiment qu'un candidat souverainiste peut récolter entre 10 et 15% ! Raison de plus pour torpiller une candidature Sarkozy avec un bouquin bien senti signé Buisson , la vengeance est un plat qui se manque froid. Evidemment, ils suivent de près Marine Le Pen, même s'ils ne l'aiment pas. Et figurez-vous que Buisson n'exclut pas qu'elle soit élue présidente si la France connaît d'autres attentats. Voilà ce qu'il dit : « si elle fait 40% au premier tour, c'est plié, elle gagne ». Cela va peut-être leur donner des idées. Philippe de Villiers jure qu'il n'a aucune envie de replonger dans le « cloaque » politique, qu'il est très heureux au Puy du fou. Pour autant, il n'exclut rien si la France venait à connaître, comme il dit, « des circonstances exceptionnelles ».

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.