La prochaine présidentielle n’est plus si loin que cela. Et si le scénario de 2022 ne faisait partie d’aucun des cas de figure jusqu’alors évoqués ?

Le comique français Coluche, responsable des "restaurants du coeur", présidé, le 20 février 1986, une réunion-débat sur le thème de la solidarité, avec des parlementaires européens, au cours de sa visite au Parlement européen.
Le comique français Coluche, responsable des "restaurants du coeur", présidé, le 20 février 1986, une réunion-débat sur le thème de la solidarité, avec des parlementaires européens, au cours de sa visite au Parlement européen. © AFP / DOMINIQUE GUTEKUNST

Sur le papier, Emmanuel Macron peut souffler. Mélenchon est fragilisé, la gauche est divisée. La droite est groggy et Marine le Pen a encore trop d’adversaires contre elle. Donc 2022 se présente plutôt bien. 

Et pourtant… il y a une inquiétude qui commence à monter chez les macronistes : ils craignent que surgissent un tout autre scénario, qui balaierait tous les pronostics. 

Ce serait, accrochez-vous bien, la candidature d’un humoriste ou d’un animateur de télé qui déciderait de tenter sa chance et de renverser la table. Une personnalité pas crédible, mais qui incarnerait le dégagisme. 

Un ministre nous a dit récemment : « Le risque, pour nous, c’est un phénomène à la Coluche. Alors, là, on serait très très mal ». On se souvient que Coluche avait failli se présenter en 1981. 

Qui serait le Coluche de 2022 ? 

Un proche d’Emmanuel Macron, qu’on interrogeait sur le sujet, citait par exemple un profil à la Cyril Hanouna, qui cartonne sur la chaîne C8. 

En tout cas, cette hantise illustre la faiblesse d’Emmanuel Macron. Son socle est très bas. En 2017, c’était 24% au premier tour. Donc, il y a de la place pour un challenger, qui arriverait à surfer sur le rejet des élites. Plus que sur le sérieux d’un programme. 

Il suffit de coaliser les populismes de gauche et de droite et c’est gagné. Ou de porter un discours écolo un peu fourre-tout, qui embarque tous les déçus de la politique. 

Ça paraît de la science-politique fiction

Sauf que c’est devenu un phénomène mondial ! On l’a vu récemment en Ukraine. Un humoriste de 41 ans, Volodymyr Zelensky. Il se déclare au dernier moment. Pas de meeting, il assume son statut de clown. Il a été élu haut la main. 

On a eu en Italie la percée du mouvement 5 étoiles, créé par le comique Beppe Grillo. On pourrait citer le Guatemala avec Jimmy Morales. Et quelque part, Donald Trump, qui s’est fait connaître par la téléréalité aux Etats-Unis. 

Quelle serait la conséquence pour Emmanuel Macron ?

Cette hypothèse, pour l’instant purement théorique, crée un facteur d’incertitude. Tant qu’on ne sait pas qui va être l’adversaire, il est difficile de commencer à préparer la suite. D’ailleurs, en ce moment personne ne prépare en coulisses 2022. Il attend que ça se décante. 

Il faut dire qu’Emmanuel Macron est mieux placé que quiconque pour savoir qu’on peut émerger en un rien de temps. Gouverner, après, c’est une autre histoire. Une histoire beaucoup moins drôle. 

L'équipe
  • Marcelo WesfreidJournaliste au service politique du Figaro, en charge du suivi de l'exécutif.
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.