Par Carl Méeus, rédacteur en chef duFigaro Magazine

entre nicolas sarkozy et françois fillon, la guerre est déclarée
entre nicolas sarkozy et françois fillon, la guerre est déclarée © reuters

La guerre Fillon-Sarkozy va être très violente. Pour quelles raisons?

Parce que quand il faut se déchirer, la droite sait y faire, et que les participants au combat sont particulièrement imaginatifs quand il s’agit de barrer la route à un concurrent. Personne n’a oublié la feuille d’impôt de Chaban-Delmas balancée au Canard Enchaîné en pleine bagarre contre Valéry Giscard d’Estaing pour la succession de Georges Pompidou. Ni les appels du RPR dirigé par Jacques Chirac dans l’entre deux tours de la présidentielle en 1981 pour faire voter François Mitterrand et empêcher la réélection de VGE. Sans oublier les affaires qui fleurissent à chaque bagarre, comme celles qui visaient Chirac en plein affrontement avec Balladur, ou plus récemment, l’affaire Clearstream, montage destiné à faire trébucher Sarkozy en pleine compétition avec Dominique de Villepin.

Cette guerre dans la compétition, Fillon et Sarkozy ne pourront pas y échapper, pour quatre raisons.

D’abord parce que c’est le mode de sélection en politique : il faut d’abord éliminer ses concurrents dans son camp avant d’affronter ses adversaires. De ce point de vue, la droite n’a pas le monopole des guerres : souvenez-vous de la guerre Mitterrand-Rocard, puis des affrontements Jospin-Fabius.

Ensuite parce que la primaire ouverte exacerbe la compétition. Avant, il suffisait de contrôler le parti donc l’appareil et les militants, pour se faire désigner et éliminer un concurrent, quitte à tricher un peu sur les effectifs. Aujourd’hui, ce n’est plus possible, la primaire ouverte aux sympathisants et tous les électeurs qui veulent voter empêche les magouilles et oblige les prétendants à tout faire pour être le favori des sondages. Il devient donc indispensable de tout faire pour faire renoncer avant le concurrent le plus dangereux.

Les deux hommes viennent du même moule, sont de la même famille et vous le savez, les querelles de famille sont les plus cruelles : Sarkozy et Fillon sont deux anciens RPR, appartiennent à l’UMP, ont fait ensemble le programme présidentiel de 2007 et ont gouverné ensemble pendant 5 ans. Autant dire que les différences idéologiques sont minces. Et en politique, plus les différences idéologiques sont fines, plus la bataille tourne autour des egos.

Et de ce point de vue, les deux hommes sont des compétiteurs orgueilleux. Fillon est un passionné de courses automobiles, Sarkozy un amateur de vélo. Ils savent tous les deux que la course se gagne souvent en amont, quand les concurrents se défient et tentent de se déstabiliser.

C’est le cas aujourd’hui entre Fillon et Sarkozy : on est dans la phase d’intimidation. Chacun montre ses muscles pour prouver à l’autre qu’il ira jusqu’au bout et ne cèdera pas. Dès que Sarkozy envoie des piques à Fillon comme le 8 juillet devant les dirigeants de l’UMP ou le 27 septembre à Nice, Fillon répond immédiatement et balance à son tour. La machine est enclenchée, personne ne peut l’arrêter. Devant ses amis, Sarkozy est très dur sur Fillon : Fillon n’est pas incorrect, il est très incorrect ! Tu trouves que c’est une bonne idée de taper sur celui qui t’a fait confiance pendant 5 ans ?

Et à un ancien ministre qui demandait à Fillon pourquoi il répondait systématiquement à Sarkozy, vous savez ce qu’il a répondu : je ne peux pas m’empêcher de le faire !

Vous avez aimé les batailles Chirac-Giscard, Balladur-Chirac, Villepin-Sarkozy ? Vous adorerez celle entre Fillon et Sarkozy !

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.