Pour les socialiste, l’année 2015 ne va pas uniquement se jouer sur le terrain politique, mais aussi judiciaire.

rendez-vous à la rochelle pour un parti socialiste divisé
rendez-vous à la rochelle pour un parti socialiste divisé © reuters

L’année prochaine, le PS va devoir, devant des images de prétoires, affronter ses vieux démons, qui sont en fait ses anciennes gloires. Ca peut faire très mal, parce que c’est face aussi à son aveuglement qu’il va être confronté.

A commencer par DSK . L’ex-patron du FMI était attendu comme le messie en 2011, il devait battre Sarkozy à plat de coutures et sortir la France du marasme économique. Et puis l’affaire du Sofitel a mis fin à tout ça, je ne refais pas l’histoire, elle est mondialement connue. Surtout que c’est dans une autre affaire, celle du Carlton de Lille qu’il va être jugé du 2 au 20 février. Vous savez : Dodo La Saumure, le salon de massage en Belgique, etc…

Cela promet des débats un peu surréalistes. Strauss-Kahn est quand même mis en examen pour « proxénétisme aggravé en bande organisée ». La presse du monde entier va assister au spectacle.

Les socialistes diront que ça ne les concerne plus. Et ils n’ont pas tort de garder des forces pour argumenter dans d’autres cas. Comme l’affaire Cahuzac, la première tache sur la République exemplaire de François Hollande. Là encore, rendez-vous en 2015 : l’enquête est terminée depuis le 1er décembre, et le procès en correctionnelle devrait avoir lieu avant la fin de l’année.

Pour la gauche, c’est bien sûr pire que DSK. Parce que Cahuzac a été ministre du Budget, qu’il a lutté contre la fraude fiscale, qu’il était considéré comme l’un des meilleurs d’entre eux. Tout ça pour ça. Cette affaire est un poison lent, dont les socialistes ne se débarrasseront jamais vraiment.

Au rayon judiciaire, il y a d’autres cas encombrants. Comme Jean-Noël Guérini. Le président du Conseil général des Bouches-du-Rhône vient tout juste d’être relaxé dans une affaire de détournements de fonds public, qui n’était pas grand-chose comparé à ce qui attend ce multi mis en examen, notamment pour association de malfaiteurs. Vous me direz que Guérini n’est plus au PS : c’est vrai, mais il y est resté 47 ans et c’est lui, de son propre chef, qui a rendu sa carte sans avoir jamais été inquiété par son parti. C’est vrai qu’il est le boss d’une très grosse fédération socialiste et il aurait fallu un sacré courage pour s’en débarrasser.

Le PS ne fait-il donc preuve d’aucun courage ?

Si. Il faut bien dire que si les affaires s’enchaînent à gauche, c’est que la justice peut travailler. Après l’affaire Cahuzac, François Hollande a lancé une grande opération transparence et ses amis le payent aussi. Récemment, son conseiller Faouzi Lamdaoui et son secrétaire d’Etat Kader Arif ont été débarqués parce qu’ils sont en délicatesse avec la justice.

Même sort pour Thomas Thévenoud, le secrétaire d’Etat qui ne payait pas ses impôts ou encore pour Yamina Benguigui ex-secrétaire d’Etat à la Francophonie… Et avec elle, un nouveau procès à mettre au compteur pour 2015 puisqu’elle est citée à comparaître devant le tribunal pour de fausses déclarations de patrimoines.

À ce rythme, les journalistes politiques seront bientôt plus nombreux accrédités au Palais de justices que dans les meetings !

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.