A la fin de la semaine, le gouvernement disposera d’un nouveau rapport censé lui indiquer la marche à suivre...

Photo prise lors d'une marche organisée fin octobre par des opposants à un projet d'aéroport international controversé dans la région de Zad (Zone à défendre) à Notre-Dame-des-Landes
Photo prise lors d'une marche organisée fin octobre par des opposants à un projet d'aéroport international controversé dans la région de Zad (Zone à défendre) à Notre-Dame-des-Landes © AFP / Loïc Venance

Par Renaud Dély

Ce n’est pas le premier : des rapports, des experts, des commissions, il y en a déjà eu des dizaines. Il y a même eu un référendum local, en juin 2016 : 55% des électeurs de Loire-Atlantique se sont dits favorables à l’aéroport. C’est d’ailleurs pourquoi l’ancien premier ministre Jean-Marc Ayrault a mis hier la pression sur le gouvernement en l’accusant par avance « déni de démocratie » s’il renonce.   

Pourtant, le dossier n’a pas vraiment avancé sous le quinquennat de François Hollande.  Il s’est même carrément enlisé. C’est ce qui a fait dire hier sur France 3 à l’ancienne ministre de l’Environnement, Ségolène Royal : « C’est bien de donner des leçons, mais quand il était aux responsabilités, Jean-Marc Ayrault n‘a pas évacué le site… » 

Évacuer la fameuse ZAD de Notre-Dame des Landes, c’est devenu le cauchemar des gouvernants qui redoutent des affrontements extrêmement violents. 

Emmanuel Macron pourrait-il renoncer ?  C’est plutôt la tendance du pronostic, mais au fond, personne n’en sait rien. Comme souvent, l’Elysée parvient à garder le plus grand secret. Ce qui est sûr, c’est que le lancement des travaux serait difficile à faire avaler à Nicolas Hulot

Certes, le ministre de l’Ecologie a subi depuis sept mois une formation accélérée en matière de couleuvres à avaler, par exemple sur le nucléaire, mais avec l’aéroport, il devrait carrément digérer un boa. 

Pour Emmanuel Macron, cette décision marque aussi la limite du « en même temps ». On ne peut pas être « en même temps » pour et contre l’aéroport de Notre-Dame des Landes. Sauf, évidemment, à gagner du temps en commandant un nouveau rapport.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.