Par Marceilo Wesfreid

Le journal Libération publie aujourd'hui une tribune signée de Daniel Cohn Bendit et de nombreux intellectuels, en faveur d'une primaire des toutes les gauches et des écologistes.

Serait-ce le début d'une révolte à gauche?

Cela m'a fait penser au film Hibernatus . Les déçus du hollandisme, ils étaient jusqu'à maintenant congelés.

Les intellectuels de gauche, par exemple, ils étaient où? Ce matin, on les retrouve.Et pas n'importe qui : l'économiste Thomas Piketty, le professeur au Collège de France Pierre Rosanvallon, le sociologue Michel Wievorka. Et tant d'autres. Ils signent un appel pour que soit organisée une grande primaire. Ils savent très bien que François Hollande va se représenter. Or, ils veulent pouvoir en débattre. Parler de la ligne politique, sans être accusé de vouloir faire gagner le FN. Tout ça, c'est un coup rondement mené par Daniel Cohn Bendit et Yannick Jadot. Il est député européen écologiste. C'est un ancien de Greenpeace. Les happenings, il sait faire.

Juste avant les fêtes, ils ont réuni des intellos dans un restaurant parisien pour leur proposer de participer à cette rébellion. Ils ont fait ça en toute discrétion. Et ca a marché.

Daniel Cohn Bendit
Daniel Cohn Bendit ©

C'est le débat sur la déchéance de nationalité qui a été le déclencheur. François Hollande est le roi de la tactique, mais là, il allé trop loin. Il avait réussi à isoler ses rivaux. Voilà qu'il est en train de les reboostés en vantant une mesure de droite et d'extrême droite.

Au Parti Communiste, on est furibard. Vous allez voir, Pierre Laurent va tout à l'heure, dans une conférence de presse, dire tout le mal qu'il pense du chef de l'Etat. Son combat maintenant, c'est que la gauche- la vraie gauche selon lui- se trouve par des primaires ou par tout autre moyen un candidat.

Même les frondeurs du PS se sont réveillés. Ils veulent mettre la pagaille dans la révision constitutionnelle, en reparlant du droit de votedes étrangers. Puis, ils demanderont que le PS organise sa primaire. Ils savent très bien que l'Elysée refusera. Et après, en tout cas c'est leur plan, certains d'entre eux, Benoît Hamon, peut être Arnaud Montebourg, se tourneront du côté de cette primaire detoutes les gauches, lancée ce matin par Daniel Cohn Bendit...

Un mouvements'enclenche, mais est-ce que ca peut réellement constituer un danger pour François Hollande?

Pas vraiment à court terme. Parce qu'au moindre attentat, tout sera balayé. Ensuite, Jean-Luc Mélenchon comme Cécile Duflot n'ont pas l'intention de participer à une primaire. Mais surtout, l'opinion publique est très favorable à la déchéance denationalité. Ce sera donc difficile d'arriver à refaire le coup du référendum sur l'Europe. Pour cela, la gauche de la gauche va devoir imposer un débat, sortirdu microcosme.

Le vrai danger, c'est que François Hollande est en train de perdre définitivement quelques centaines de milliers de voix de gauche. Ces quelques pourcents qui, au final, dans des scrutins serrés, font la différence.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.