Marine Le Pen ne s’est toujours pas prononcée sur sa possible candidature à la tête de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Elle devrait le faire d’ici la fin de la semaine prochaine. Or ce délai dans le calendrier politique, c’est une faute.

Marine Le Pen se fait désirer pour de mauvaises raisons. Si elle était partante pour mener la bataille dans cette région, aucun doute, on serait au courant depuis longtemps. Cette fois, il paraît que c’est sûr : elle aurait enfin pris sa décision. Mais quoi qu’il arrive, c’est déjà bien trop tard pour masquer qu’elle n’a aucune envie d’y aller. Contrairement à ce qu’elle disait en mars dernier au Monde : « J’ai très envie de partir à cette bataille ». Ca fait quatre mois, et toujours rien.

Discours de Marine Le Pen lors de la clôture de la convention départementale 2015 du FN
Discours de Marine Le Pen lors de la clôture de la convention départementale 2015 du FN © MaxPPP/Thomas Padilla

Pourquoi n’en a-t-elle pas envie ?

Elle livrait elle-même une partie de la réponse à cette époque : « Ces élections interfèrent avec la campagne présidentielle en terme de calendrier. » Pour le coup, c’est assez honnête : elle confirme que la présidentielle est bien la seule et unique élection qui l’intéresse pour elle-même. Mais une élection en décembre 2015 ne l’empêche pas de se lancer pour 2017. En revanche, son ambition va donner des armes à ses adversaires sur le mode : elle se présente à la région mais elle s’en fiche, ce n’est qu’une étape vers son réel objectif. Elle le sait, elle le craint.

Au-delà du calendrier, la vraie question est celle de la victoire ou de la défaite. Même si le FN est favori, rien n’est fait. En face, il y a Xavier Bertrand pour le parti Les Républicains et sans doute un proche de Martine Aubry, Pierre de Saintignon, pour le PS. Ils ne vont pas complètement se laisser faire. Si Marine Le Pen perd, ça la fragilisera sérieusement pour la suite…

Donc si elle se présente, c’est uniquement parce qu’il n’y a personne d’autre au FN capable d’y aller. En plus, Marion Maréchal Le Pen sera, elle, candidate en PACA, et sa tante n’a pas l’intention de la laisser capter seule la lumière de la campagne.

C’est assez classique, en politique, de se poser ce genre de questions. Mais à écouter Marine Le Pen, elle n’est pas comme les autres, elle, elle s’en fiche de son cas personnel, contrairement à ceux de l’« UMPS », c’est le slogan qu’elle a inventé pour mettre tous les autres dans le même panier- elle, elle ne s’intéresse qu’au sort des Français. Et bien non, pour ceux qui en doutaient, Marine Le Pen elle est une femme politique classique. Ce qui l’intéresse, c’est son ambition, son avenir personnel, sa candidature à la présidentielle. Et c’est à l’aune de ça et de rien d’autre qu’il faut lire son hésitation à aller mouiller le maillot dans le Nord.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.