Par Renaud Dély.

Retour sur ce message insultant la veuve du préfet Erignac qui a été diffusé sur les réseaux sociaux et qui est attribué à un leader nationaliste corse, Charles Pieri.  

Oui, ce message immonde s’en prend à Madame Erignac en la comparant aux femmes françaises collabos qui couchèrent avec l’occupant allemand pendant la guerre. Il a été posté sur Facebook mercredi au lendemain de la cérémonie d’hommage au préfét Erignac assassiné il y a vingt ans, et il est donc attribué à l’ancien leader du FLNC, Charles Pieri. Une enquête a été ouverte par le parquet d’Ajaccio. Signe du malaise chez les nationalistes, le patron du conseil exécutif de l’île, l’autonomiste Gilles Simeoni, et le président de l’Assemblée de Corse, l’indépendantiste Jean-Guy Talamoni ont condamné sans la moindre ambiguïté le contenu de ce message.  

Mais Charles Pieri est-il encore influent sur la scène publique corse ?  

Alors c’est vrai que celui que l’on surnomme “le Vieux” - il a 67 ans- s’était fait oublier après sa sortie de prison en 2010. Il avait été condamné pour abus de biens sociaux, extorsion de fonds, et association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste. Mais on l’a vu ressurgir, discrètement, dans le sillage de la coalition Simeoni-Talamoni. Pieri était par exemple présent à leur permanence au soir de leur victoire électorale en décembre dernier. Il s’est aussi affiché dans les rues d’Ajaccio le 3 février lors de la manifestation nationaliste. Et il a laissé entendre qu’il avait pesé pour que Simeoni et Talamoni se mettent d‘accord.  

Vous voulez dire que les nationalistes au pouvoir jouent double jeu ?  

En tous cas, après la visite d’Emmanuel Macron, et ce tweet injurieux attribué à Pieri, ils se retrouvent au pied du mur. Veulent-ils seulement l’autonomie, comme ils le répétaient en campagne, ou rêvent-ils encore d’indépendance ? Le recours à la violence est-il enterré pour toujours ? Et comptent-ils rompre une bonne fois pour toutes avec “le Vieux” Charles Pieri ? Les voilà sommés de sortir de l’ambiguïté.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.