Après le temps du recueillement, après l’union nationale, la politique reprend inévitablement ses droits.

selon ifop, 78% des français sont favorables à un gouvernement d'union nationale
selon ifop, 78% des français sont favorables à un gouvernement d'union nationale © reuters

On aurait aimé que les hommes politiques entendent le message d'unité que des millions de Français ont envoyé hier. On aurait aimé qu'ils évitent les amalgames, les surenchères, qu'ils ne retombent pas dans leurs petites guéguerres. J'ai peur qu'on soit déçus ! Ce matin, Nicolas Sarkozy va intervenir et il y a toutes les chances qu'il lance les hostilités sur ce qu'il appelle une « guerre de civilisation ». A droite, le concours Lépine des idées est lancé. Parce qu'en 2015, il y a des élections et Marine Le Pen derrière.

Quelles idées émaneront des politiques

Prenez Valérie Pécresse, qui est plutôt modérée : elle propose de s'inspirer du Patriot Act américain, qui a fragilisé les libertés individuelles et n'a absolument pas empêché les attentats de Boston ! D'autres, que je ne citerai pas, parlent de « faire la guerre dans les banlieues pour aller chercher les armes dans les caves ». D'autres, d'enfermer à vie les djihadistes à leur retour en France. Sans parler de ceux qui évoquent la peine de mort. C'est sûr que ça va faire trembler les apprentis kamikazes.

Il y a le risque d'une flambée des tensions communautaires. J'ai très peur qu'on assiste à une surenchère politique sur la question de l'immigration et à des amalgames sur le mode immigré = musulman = terroriste.

Le danger, c'est que les 6 millions de Français de confession musulmane se sentent encore plus stigmatisés. Et là, la gauche a sa part de responsabilité. On n'a pas entendu beaucoup de responsables de l'exécutif condamner les attaques de mosquées et les nombreux actes islamophobes commis ces derniers jours.

Allez, on va faire un vœu. On pourrait imaginer que le PS et l'UMP se mettent d'accord pour créer une grande commission parlementaire, avec des élus de tous les bords qui seraient chargés d'apporter une réponse commune aux attentats. Ce serait la réponse de la Nation rassemblée. Et pas seulement celle d'un camp. On peut toujours rêver...

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.