Pour la première fois depuis son retour, Nicolas Sarkozy retrouve des couleurs

Discours très national pour Nicolas Sarkozy
Discours très national pour Nicolas Sarkozy © France 2

Disons que l’affaire du déjeuner Jouyet-Fillon ne pouvait pas mieux tomber pour lui. D’un côté elle paralyse un rival très critique à son égard et de l'autre, elle lui permet d'entretenir la théorie d’un complot fomenté à son encontre par le pouvoir. Le tout, en 48 heures! Dans l’intervalle, deux notes internes de Bercy sont publiées par le Journal du Dimanche , qui justifient le choix du non remboursement par Sarkozy de la part sur laquelle il était engagé personnellement dans la campagne de 2012. Un élément qui affaiblit la portée d’une des procédures judiciaires les plus embêtantes pour lui.

Est-ce pour autant un retournement de situation ?

Eh bien non, je dirais que c’est un ajustement. Les médias avaient surestimé l'effet de souffle que provoquerait son retour. Il est là, solidement installé dans son camp, mais il n'a pas «plié le match», il n’a pas subjugué l’opinion.

A droite, Alain Juppé est toujours le favori des Français. Comme le dit Sarkozy, « ces sondages sont un cadeau pour Alain, à soixante-dix ans… ».

Pour le moment, il se concentre sur son rôle de futur patron de l’UMP : il s’oppose en jouant l’air des vieux classiques. Lors du meeting de Paris, il a demandé à Henri Guaino de faire son grand retour de plume. On a entendu un long discours sur la République. Du Jacques Chirac, cuvée 1976. Du RPR pur sucre, pour ceux qui se souviennent de cette époque…

Ce n’est pas avec cela que Nicolas Sarkozy va rajeunir son image. Mais les militants du parti veulent qu’on leur chante les airs connus. Lors du meeting de Paris, Sarkozy a prononcé le mot «République» à 80 reprises, multiplié les citations d’auteurs. C’est le côté cour du soir sur l’histoire de France. Ils veulent aussi un combattant. Lundi, à Caen, il n’a pas hésité à étriller son successeur à l’Elysée après son émission de télévision, alors qu’il s’était abstenu quelques jours plus tôt. Ecoutez-le :

De même, grâce à Najat Vallaud Belkacem, Nicolas Sarkozy a trouvé un sujet qui fait un tabac : l’autorisation pour les femmes voilées de participer aux sorties scolaires. Succès garanti !

Et maintenant quels sont les obstacles sur le chemin de Nicolas Sarkozy ?

Il doit réussir la reconstruction de son parti, et c’est son défi en 2015. Compte tenu de la cristallisation de l'électorat FN, il ne peut espérer siphonner les voix lepénistes comme en 2007, et il lui faut donc séduire un électorat plus modéré. Ce n’est pas avec l’aide d’Henri Guaino, anti européen, et pro-déficit, qu’il y parviendra, ni avec son profil très clivant.

Mais Sarkozy est un homme qui croit aux dynamiques. A partir d’un noyau de partisans déterminés il est persuadé de pouvoir reconquérir les sceptiques. Des électeurs dont le jugement dépendra aussi de l’évolution des affaires judiciaires. C'est bien pourquoi l'imbroglio Fillon-Jouyet est une première bonne nouvelle pour Nicolas Sarkozy, qui se dit que la chance lui sourit, et qu’un retour aux affaires en 2017, décidément, est possible.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.