En politique, le bilan, c’est un élément important du débat. Mais ça ne fait jamais une victoire.

Emmanuel Macron, président de la République
Emmanuel Macron, président de la République © Getty / Aurelien Meunier

Le gouvernement pourrait rouler un peu des mécaniques. Ce serait de bonne guerre, puisque les créations d’emploi augmentent, la croissance se tient, on fait même mieux que la moyenne européenne. Le chômage baisse de 2% en un an. Et jeudi, on attend de nouveaux chiffres. Sans doute la même tendance. 

Et pourtant, personne ne tambourine en disant, « ça va mieux ». Vous vous savez, le fameux « Ca va mieux » dont François Hollande avait usé et abusé. Une sorte de méthode Coué. Il mettait les projecteurs sur les quelques chiffres qui allaient bien. 

Avec Macron, c’est l’inverse. Ses équipes, ce sont beaucoup d’anciens socialistes, qui se souviennent que cette petite musique n’a mené nulle part. Et puis, la situation économique reste, malgré quelques signaux positifs, encore fragile. Et je ne parle pas de la situation sociale, à trois semaines d’un possible blocage du pays sur les retraites.

Alors, quel est le ton général choisi ?  On est passé de « ça va mieux » à « ça va mal ». C’est sombre. Anxiogène. Un peu déprimant. Regardez les dernières prises de parole du chef de l’Etat. Je vous les donne pêle-mêle. « L’Europe pourrait disparaître comme puissance ». « L’Otan est en état de mort cérébrale ». Il y a en France des gens qui sont en « sécession » de la République. 

La règle européenne des 3% de déficit ? C’est une idée à abandonner. Parce qu’il y a urgence

On se pince pour y croire : Macron avait fait sa campagne sur le rétablissement des comptes publics. C’est enterré. Tout ça parce qu’il est lancé dans une stratégie de dramatisation. En clair, puisque ça va mal, faites-moi confiance. Sinon vous aurez le chaos et l’extrémisme. C’est un discours destiné à construire, dès à présent, le duel de 2022 face à Marine le Pen. En privant d’oxygène les autres forces politiques.  

Mais c’est un pari très risqué parce ce que si on répète que ça va mal, ça va finir par plomber le moral des Français, donc des consommateurs ; des investisseurs. Et puis, politiquement, certains peuvent se dire que, si c’est si grave, c’est le moment de tenter l’aventure du Rassemblement national. Marine le Pen ne s’y trompe pas. Elle est en train d’élargir son offre. La voilà qui soutient les manifestants du 5 décembre, avec ses cortèges de la CGT. Elle veut capter cette gauche désorientée. Et puis, elle s’apprêterait à se présenter en 2022 hors de son parti, pour se dédiaboliser un peu plus. Bref, ça s’appelle un quitte ou double.

L'équipe
  • Marcelo WesfreidJournaliste au service politique du Figaro, en charge du suivi de l'exécutif.
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.