Macron sera demain à Munich, pour une conférence sur la sécurité, mais il y rencontrera aussi des responsables politiques allemands, pas seulement du gouvernement mais aussi des Verts et de la CSU. Alors il est normal qu’il fasse cela, mais il y a là une attention particulière. Pourquoi ?

Parce que la politique allemande est en vrac. L’élection la semaine dernière d’un ministre président libéral dans le Land de Thuringe avec les voix de la CDU, ce qui est attendu, mais aussi du parti d’extrême droite AFD, ce qui est la rupture d’un tabou, a provoqué un séisme en Allemagne. 

Le ministre président en question a démissionné, mais aussi Annegret Kramp Karrenbauer, qui était à la tête de la CDU et qui était de ce fait l’héritière désignée d’Angela Merkel. C’est la panique dans la coalition au pouvoir, la pagaille dans la politique allemande.

Et en quoi est-ce le problème de Macron ?

Parce que une large partie de son projet reposait sur une relance européenne, avec un budget de la zone euro, pour une politique ambitieuse en matière de recherche, de défense, de technologies… Bref, du positif. 

La suite à écouter...

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.