François Hollande se rend ce matin à Aubervilliers pour s'afficher avec des jeunes. Un déplacement planifié au dernier moment, après les incidents en banlieue.

François Hollande à Aubervilliers pour rencontrer des responsables locaux et discuter du processus d'intégration des jeunes sur le marché du travail «garantie jeune»
François Hollande à Aubervilliers pour rencontrer des responsables locaux et discuter du processus d'intégration des jeunes sur le marché du travail «garantie jeune» © AFP / STEPHANE DE SAKUTIN / POOL

Par Marcelo Wesfreid.

On pensait qu'il tournait en rond dans son bureau du premier étage de l'Elysée. Et non! Il a des fourmis dans les jambes. Il va à Aubervilliers, à Brest et à Rennes, ce jeudi. Vendredi, c'est Chartres et Dreux. Cinq déplacements en une semaine, c'est plus que tous les candidats à la présidentielle!

Pour peu, on croirait qu'il est encore candidat. Au moins dans sa tête... Il prend des initiatives surprises. Il s'est rendu, on l'a vu, au chevet de Théo, à l'hôpital, alors que la justice ne s'était pas prononcée. L'idée c'était d'éviter que ça dégénère, mais ça n'a pas été suffisant.

Quand il va sur le terrain, il papote avec les gens, il fait des selfies, il retrouve un peu le contact avec les gens. Le seul problème, c'est que plus personne - ou presque - n'est au courant de cette intense activité. Pourquoi? Parce que la presse ne s'intéresse plus à lui. Il n'est plus suivi par BFM ou Itélé.

A l'Elysée, on dit : "tant mieux". Je vous cite un conseiller:

Hollande est dans la situation rêvée de tout homme politique. Il n'a plus tous ces journalistes politiques parisiens sur le dos, qui cherchent la polémique !

Le président est le plus souvent dehors. Et, pendant ce temps, le palais continue à se vider. Il y a même une réunion de cabinet, avec tous les conseillers, qui a dû être annulée, faute de participants...

Concernant la présidentielle, François Hollande est atterré par le risque réel d'une victoire du FN. Il est plein de regrets d'avoir dû renoncer, alors que Fillon aurait pu être vaincu. Certains lui disent, parmi ses amis: "tu n'aurais pas dû renoncer..."

Il a quand même a reçu Benoît Hamon. Il lui a donné des conseils :

Fais attention à ne pas te laisser enfermer par les tiens...

La vérité c'est qu'il a aussi un autre fer au feu, qui s'appelle Emmanuel Macron. Il y a un moment d'ailleurs, où Hollande devra envoyer un signal, pour dire qui il soutient vraiment. Il le fera sans doute, à la fin de mars, après le dépôt officiel des parrainages. D'ici là, il aura sans doute fait deux ou trois tours de France!

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.