L’exercice deconférence de presse du chef de l’Etathier s’annonçait périlleux. S’en est il bien sorti ?

Il a été très habile. L’exercice passait pour une mission impossible depuis les révélations de Closer sur sa relation supposée avec l’actrice Julie Gayet. L’hospitalisation de Valérie Trierweiler n’avait rien arrangé, d’autant qu’elle était toujours à l’hôpital hier. Imaginez l’ambiance. Et puis l’entourage de François Hollande était divisé sur la manière de s’en sortir. Certains voulaient qu’ils clarifient les choses, en publiant un communiqué avant la conférence de presse pour déminer le terrain. D’autres suppliaient qu’ils ne disent rien.

Le Président a fait du François Hollande : c’est-à-dire une synthèse. En clair : il a répondu : vie privée. Mais il a quand même dit qu’il traversait « des moments douloureux ». Et qu’il répondrait aux questions qui se posent avant sa visite chez les Obama le 11 février. Il a assuré que la transparence était essentielle sur les moyens alloués au conjoint du Président et que ses moyens devaient être faibles. Et puis, il a dit ce qu’il pense de la publication des photos dans Closer :

Et il n’exclut toujours pas d’attaquer en justice. Donc finalement il a trouvé un bon équilibre vie privée-vie publique.

Il n’a pas parlé que de la question de sa vie privée, et c’est là que sa prestation est réussie. Il a joué la carte de l’honnêteté, mais sur le terrain politique. En détaillant son pacte de responsabilité, il a clarifié sa ligne.

Il s’est dit lui même social démocrate. « C’est sur l’offre qu’il faut agir », pour retrouver la croissance. François Hollande assume une ligne clairement pro entreprise. Le principal chantier de ce pacte est une nouvelle réduction du coût du travail – pour arriver à une baisse de 50 milliards sur tout le quinquennat - qui passera par la suppression des cotisations familiales. Tout en jurant que les impôts n’augmenteraient pas pour les ménages. Il a promis la création d’un conseil de simplification toujours en faveur des entreprises. Et puis pour financer ce pacte notamment, il va continuer à baisser les dépenses publiques.

Tout cela a le mérite d’être clair. Lui qui était caricaturé en homme flou et mou est en passe de se défaire de ses étiquettes péjoratives. Le ministre du Travail Michel Sapin était ravi à la sortie de la conférence de presse : « il a été loin, mais il n’y a pas d’à peu près. Le travail est devant nous. »

Il n’y a pas eu que du positif. D’abord parce que trop d’annonces tuent l’annonce. François Hollande multiplie les créations de comités, d’observatoires et j’en passe, donc il faudra voir les effets à long terme.

Et puis il a donné parfois le sentiment de commenter sa propre action , comme lorsqu’il est revenu sur l’affaire Leonarda, se félicitant que « personne ne soit rentré », suite à sa fameuse intervention. Comme si il y avait de la fierté à tirer de cet épisode.

Sur le terrain économique, il laisse complètement tomber son aile gauche . Rien ou presque pour ceux qui dénoncent la politique droitière du Président, qui ont du mal à voir la différence avec Nicolas Sarkozy.

Le pari de François Hollande est assez simple : il pense qu’il va réussir, donc en attendant il fait le dos rond. Il n’a cessé de le dire lui même « c’est risqué ». Mais, imaginons qu’il sait ce qu’il fait….

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.