Ségolène Royal est une vraie bombe à retardement pour le gouvernement Valls !

Il n'y a qu'à voirs es déclarations à Paris Match. Car bien évidemment, ce sont ces déclarations-là qui représentent ce que pense vraiment la ministre de l’Ecologie, et non celles qu’elle a faites à la sortie du conseil des ministres pour tenter de rectifier la mauvaise impression donnée à la lecture de Match .

Ecoutez sa réaction hier dans la cour de l’Elysée :

C’est un classique chez elle. Elle a déjà fait le coup de parler devant des journalistes et une fois que les propos sont rapportés, elle dément en bloc.

Que dit-elle à Match qui provoque ce désordre ? Trois fois rien. Sur le fond elle prend l’exact contre pied de la solution soutenue par Arnaud Montebourg dans le dossier Alstom.

Et sur la forme, elle s’en prend aux « boules puantes », à la « condescendance » et au « mépris » de certains de ses collègues du gouvernement. Elle évoque même les « procès en incompétence » qui lui sont faits par les hommes politiques, « majoritairement composés de machos sûrs de leur bon droit ».

On retrouve là une vieille technique de Ségolène Royal. Elle joue la victime. Généralement, c’est efficace, car ça désarme l’adversaire. Le problème, c’est que cette fois-ci, l’adversaire est dans son camp et pire, au sein même du gouvernement. Ce qui a conduit Stéphane Le Foll à une petite précision, hier à la sortie du conseil des ministres en invoquant la cohésion gouvernementale:

Le porte-parole du gouvernement éprouve le besoin de rappeler ça, parce qu’il a bien compris ce que les paroles de Ségolène Royal pouvaient avoir de dévastateur pour la cohésion gouvernementale. En dénonçant le comportement de ses collègues, elle fragilise Manuel Valls !

ségolène royal parle de "boules puantes" au sein du gouvernement
ségolène royal parle de "boules puantes" au sein du gouvernement © reuters

Le Premier ministre était censé apporter de la cohésion à l’équipe gouvernementale. Son arrivée était censée clore le chapitre des couacs et dysfonctionnements en tous genres qui étaient la marque de fabrique du gouvernement Ayrault. Patatras, avec sa sortie dans Paris Match, Ségolène Royal crée un désordre.Alors même que le Président de la République avait demandé que les ministres ne parlent plus à tort et à travers et que le Premier ministre avait demandé à être tenu au courant des interviews.

Le problème, c’est que Ségolène Royal est intouchable. Vous imaginez Manuel Valls demander sa tête à François Hollande, son ancien compagnon, celui grâce à qui elle est revenue au gouvernement ? Non évidemment !

En fin de semaine dernière, un ami du Président me confiait que Ségolène Royal était « incontrôlable » et « invirable ». C’est la raison pour laquelle elle s’est autorisée cette sortie et qu’elle continuera à être « libre ».

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.