Officiellement, tout va bien dans la campagne de Marine Le Pen, mais en coulisses, c'est une autre histoire.

Par Renaud Dély.

En façade, c’est vrai tout va bien au Front National. Les sondages sont au beau fixe. Ils annoncent tous la qualification de la leader d’extrême droite pour le second tour de la présidentielle. Et Marine Le Pen peut même se permettre de refuser de se rendre à une convocation des juges, comme une vulgaire délinquant en cavale, sans que ses électeurs le lui reprochent. Pourtant, parmi la douzaine de mis en examen qui cernent la patronne du FN, il y en a un qui lui cause bien du souci. C’est un vieil ami de Marine Le Pen.

Ce vieil ami, c’est Frédéric Chatillon. Il a 49 ans et c’est un copain de près de 30 ans de la présidente du FN. Au début des années 90, Chatillon, c’était le chef du GUD, un groupuscule fascisant violent qui sévissait en particulier à l’Université d’Assas. C’est d’ailleurs sur les bancs de cette fac que Marine Le Pen a fait la connaissance de son copain Fred. Alors, vous connaissez la chanson Catherine : « Avoir un bon copain, voilà ce qu’il y a de meilleur au monde… »

Résultat, depuis 25 ans, ils sont partis en week-ends ou en vacances ensemble, ils ont fait des noubas d’enfer, et c’est donc à son copain Chatillon que Marine Le Pen a confié les affaires de gros sous du parti. Le problème, c’est que depuis 2012, toutes les campagnes électorales du FN font l’objet d’enquêtes pour « escroqueries ». Et Chatillon est mis en examen pour abus de biens sociaux.

Et puis aussi, la « dédiabolisation », lui, c’est pas son truc à Chatillon. Il a encore plein de potes peu fréquentables comme les polémistes antisémites Alain Soral et Dieudonné ou le dictateur syrien Bachar-al-Assad avec qui il s’affiche volontiers.

Au moment où Marine Le Pen rêve d’accéder à l’Elysée, certains dirigeants FN rêvent de l’éliminer. C’est ce que réclame le député du Gard, Gilbert Collard. Et voilà que le vice-président du FN, Louis Alliot, qui est aussi le compagnon de Marine Le Pen, s’y est mis à son tour. Et puis il y a Florian Philippot qui est exaspéré depuis un moment par l’omniprésence de Chatillon. « Ce type est une bombe ambulante, il va nous péter à la figure », s’inquiète un proche de Philippot. Le souci, c’est que Frédéric Châtillon connaît tous les petits secrets de Marine Le Pen. Résultat, dans l’entourage de la présidente du FN, on les juges inséparables. « Ils sont liés à jamais… », me confiait ces jours-ci un proche de la patronne du FN. Liés à jamais, d’accord, mais pour le meilleur ou pour le pire ?

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.