Par Solenn de Royer

J'étais à l’Elysée lundi pour la remise du prix de la photographie qui récompense chaque année les meilleurs clichés pris par les photographes « accrédités ».

Et cette cérémonie a été l’occasion pour François Hollande de montrer quelques états d’âme. C’est fou ce qu’une simple photo peut provoquer ! En l’occurrence, une très belle photo, celle qui a reçu le prix lundi.

Elle a été prise il y a un an aux Invalides. C’était le jour de l’hommage aux victimes des attentats. Hollande est seul, vêtu d’un manteau noir, il traverse la cour pavée des Invalides. On ne voit que lui, petite silhouette noire sur fond blanc, celle d’un Président qui marche dans le froid et le vent : illustration de l’immense solitude du pouvoir.

Hollande l’a reconnu, il a expliqué que ce jour-là, il se sentait à la fois Président « en représentation »… mais aussi un « être humain », avec ses « émotions » et son « chagrin ». Et puis il a ajouté cette phrase étonnante, il a dit : « regardez cette photo, j’ai fait les trois quarts du chemin, il y a une forme d’inconnu où vais-je ? »

Puis, au sujet des autres photos de lui sélectionnées pour le prix, il a eu une autre phrase étrange, il a dit « qui est François Hollande ? »

Il faut visualiser cette scène surréaliste : dans le jardin d’hiver de l’Elysée, sous la verrière, ce Président qui hésite à être candidat et qui s’interroge tout haut, devant ses invités : « qui suis-je ? où vais-je ? »

Un président en apesanteur, en somme, un peu comme si le sol se dérobait sous ses pieds ! Et c’est d’ailleurs un peu le cas. Hier, un sondage le donnait battu face à Montebourg à la primaire de la gauche. Le Président est cerné par des rivaux qui accélèrent : Valls est lancé à corps perdu dans une opération « il faut débrancher le soldat Hollande ! » Quant à Macron, il se déclare candidat ce matin.

Au sujet de cette candidature, officiellement, dans le camp Hollande, c’est no comment. J’ai parlé hier avec un conseiller du Président qui était avec lui à Marrakech pour la COP22 et il n’était pas question une seule seconde de parler d’Emmanuel Macron. Seulement du climat, de Donald Trump… donc des « inquiétudes du monde… »

Mais officieusement; évidemment, c’est la sidération ! Un ancien conseiller de l’Elysée qui sort la dague pour frapper celui qui l’a fait roi : du jamais vu sous la Vème République ! Ça en dit long sur l’affaiblissement de François Hollande. J’ai parlé hier avec un député PS qui résume ainsi la situation du Président ainsi « comme disent les pilotes, on n’est plus dans le domaine de vol… » Et quand on insiste, réponse du député : « ça veut dire que l’avion va se casser la gueule. »

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.