On les entend moins, les thuriféraires du socialisme bolivarien prôné par Hugo Chavez et son successeur Nicolas Maduro. Depuis que le Venezuela est en situation de défaut partiel, c’est à dire en faillite, le soutien se fait plutôt discret.

Par Etienne Gernelle

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.