L ors de sa dernière conférence de presse, François Hollande disait ne pas vouloir modifier la loi de 1905 sur la laïcité. Il n’y aura donc pas de débat et ce manque de réflexion fait défaut.

La place de la Laïcité dans le 15ème arrondissement de Paris.
La place de la Laïcité dans le 15ème arrondissement de Paris. © MaxPPP

Le débat est confisqué. Il est clos avant même d'être ouvert. Au motif qu’il ne faut pas provoquer de divisions.

Mais la véritable raison, c’est que le Front National a fait main basse sur cette valeur républicaine : personne n'ose plus s'y atteler de peur d'être accusé de faire le jeu des communautés. Marine Le Pen a imposé sa grille de lecture en faisant de la laïcité une arme anti-Islam.

Il ne paraîtrait pas absurde de réinterroger les contours d'une loi qui a plus d'un siècle et qui a été votée dans un contexte où l’Islam n’était pas une religion très présente dans notre pays.

Très loin du débat stérile sur l’identité nationale, un grand Grenelle de la laïcité serait ainsi nécessaire pour réaffirmer ce socle républicain en l’adaptant à notre époque. Et en sortant d’insupportables ambigüités.

Par exemple sur la construction des lieux de culte. La réalité est que les collectivités territoriales, les villes financent indirectement la construction d'églises, de synagogues et de mosquées par le biais de baux emphytéotiques de 99 ans et accordent aussi des subventions à des associations culturelles ou cultuelles pour permettre à des communautés de vivre sans faire appel à des dons soit insuffisants, soit douteux. C'est faire le jeu de l'extrême-droite que de ne pas dire la vérité et de ne pas sortir des hypocrisies.

Encore faut-il que les partis soient au clair sur leurs positions. C'est une autre raison qui empêche un débat constructif et dépassionné: l'absence d'un consensus au sein des grands partis. L'UMP a décidé d'organiser un débat. La démarche est salutaire même s'il est regrettable qu'il se focalise sur l'Islam. Mais au moins il aura peut-être le mérite de clarifier une position commune entre, d’un côté un François Baroin qui ne veut pas toucher à la loi de 1905, et de l’autre côté, le député-maire de Tourcoing, Gérald Darmanin, qui propose d'élargir le régime du Concordat d'Alsace-Lorraine à tout le pays. Ce qui semble plus réaliste.

Au PS, pas de débat en vue et c'est bien dommage. Sur l'accompagnement des sorties scolaires par des mères voilées, on entend tout et son contraire... et au final il y a une perdante: la République. Et un gagnant à ce jour : le Front National qui offre un seul point de vue aussi limpide que discriminatoire.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.