Par Tugdual Denis

Ils étaient plus d’une dizaine de milliers de personnes à marcher ce week-end entre Paris et Chartres.

Ils étaient même 11 000 Eric le dernier jour, pour la messe de clôture dans la cathédrale de Chartres. D'après mes informations, le record de fréquentation a été battu de 1922 personnes, et les rangs n'ont fait que grossir entre le samedi matin du départ et hier pour l'arrivée.

Ce week-end, pour les catholiques et ceux qui avaient la chance d'être à la plage, c'était la Pentecôte. Alors pour les plagistes, cela n'a pas énormément de signification, mais pour les croyants, c'est le jour de la venue du Saint-Esprit sur les douze apôtres de Jésus. Et pour les très croyants, cela correspond à la date, cochée chaque année dans leur calendrier, du pèlerinage de Chartres.

Trois ans après le succès de la Manif pour tous , on croise sur les routes départementales qui relient Paris à Chartres la même droite que dans les défilés parisiens. Une droite plutôt anti libérale et assez franchement anti libertaire. Une certaine droite incarnée par Marion Maréchal-Le Pen, qui a déjà participé au pèlerinage par le passé, ou Philippe de Villiers.

Marion Maréchal Le Pen y était, et Philippe de Villiers en quelque sorte. En réalité c'était son fils Nicolas, (Nicolas de Villiers, donc), a fait l'aller retour du Puy du Fou dans la journée de lundi. Et il était venu avec l'anneau de Jeanne d'Arc. Ce fameux anneau racheté à prix d'or aux Anglais il y a quelques semaines lors d'une vente aux enchères.

Ce qui se passe à Chartres a un rapport avec « En Marche ! », d'Emmanuel Macron. Et il ne s'agit pas d'une histoire d'ampoules aux pieds. Il s'agit du dégoût des Français pour la politique partisane, pour l'institutionnel. Les gens aiment Macron car ils haïssent le parti socialiste, et, de l'autre côté de l'arc-en-ciel politique, les pèlerins de ce week-end adorent l'anneau de Jeanne d'Arc, une sainte, car ils détestent la droite incarnée par Les Républicains ou le Front national.

Ce sont des gens pour qui la vision anthropologique, basée sur la doctrine sociale de l'Eglise, compte bien plus que l'attachement à une étiquette politique.

Toute cette droite, vous la retrouverez d'ailleurs à Béziers dans 10 jours. Le maire de la ville, le très droitier Robert Ménard, y organise un grand colloque avec dix tables rondes thématiques. On y parlera d'école, de Défense, des médias, ou d'immigration. Et je ne vous étonnerai pas en vous précisant que, pour son rendez-vous, Robert Ménard a ordonné aux politiques de rester au vestiaire.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.