Jean Castex, déjà en difficulté, est à présent défié par ses propres troupes. C’est comme dans la chanson du groupe Chagrin d’amour : dans le gouvernement Castex, chacun fait fait fait ce qu’il lui plaît…

Jean Castex, Premier ministre
Jean Castex, Premier ministre © AFP / Xosé Bouzas / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Hier matin, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a joué sa propre partition

Selon lui, le protocole sanitaire des petits commerces pourrait être opérationnel dès lundi prochain, le 23 donc. Si l’épidémie continue à refluer, cela offrirait des possibilités de réouverture rapidement, peut-être le 27, jour du Black friday. 

Ça tombe bien, 34 députés La République en Marche viennent d’envoyer un courrier à Emmanuel Macron pour réclamer la réouverture des magasins, même les moins essentiels, ce jour-là. 

Tous bravent ainsi ouvertement l’autorité du premier ministre Jean Castex, qui veut tenir ferme au moins jusqu’au 1er décembre pour faire baisser au maximum la pression sur les hôpitaux. 

Mais à votre avis, qui est le plus populaire, Bruno Le Maire qui, depuis le départ, veut laisser les petits commerces ouverts ou le Premier ministre qui s’y refuse ? Bien entendu celui qui ouvre ! 51 % des Français ont une bonne opinion de Bruno Le Maire dans le dernier baromètre Ifop pour Paris Match alors que Jean Castex émarge à 47 %. 

Un autre front s’ouvre, place Beauvau cette fois-ci

Gérald Darmanin fait lui aussi ce qui lui plaît. On connaissait ses réserves sur le vote par correspondance, solution poussée dans ce contexte de pandémie par le Modem. Les proches d’Emmanuel Macron ont fait savoir que le président n’était pas opposé par principe à cette idée, histoire de ménager l’allié François Bayrou. 

La réplique de Gérald Darmanin n’a pas tardé, via un message sur facebook très clair : le vote par correspondance, pour Beauvau, c’est niet. 

Vous avez d’autres exemples comme cela ? 

Si on rembobine le film politique, on se souvient cet été du duel à fleuret pas vraiment moucheté entre Gérald Darmanin, encore lui, et le ministre de la Justice, Eric Dupont-Moretti à propos de l’ensauvagement de la société. 

Du cinéma, selon l’un des membres les plus en vue du gouvernement. Soit, mais où est le metteur en scène ? 

Evidemment, le premier ministre, même débordé par ces fortes têtes, n’est pas esseulé

Certains membres de son gouvernement répètent avec délice les mises en gardes d’Emmanuel Macron contre les affranchis qui abusent du off dans les journaux. Un de ceux qui regrettent cette cacophonie me l’a soufflé : "Etre ministre, ce n’est pas parler dans le poste, c’est faire avancer les choses". 

Vous l’aurez compris, la situation dans l’équipe Castex est à l’image de l’époque : chaotique. 

L'équipe