Le JDD a publié hier des procès-verbaux de l’enquête, accablants pour l’ancien Premier ministre, qui n’ont pas suscité le moindre commentaire, ni du côté de ses défenseurs ni chez ses anciens amis politiques.

Des procès verbaux publiés accablent l'ancien candidat à la présidentielle
Des procès verbaux publiés accablent l'ancien candidat à la présidentielle © AFP / Bertrand GUAY

On est loin du grand complot qu’avait promis de mettre au jour François Fillon pendant sa campagne.  Souvenez-vous, nous étions au printemps 2017, Le Canard Enchaîné venait de révéler l’emploi apparemment fictif de Pénélope Fillon à l’Assemblée nationale et en guise de défense son mari n’avait qu’un mot à la bouche : le complot ! Complot des socialistes, de Macron, d’un mystérieux cabinet noir… Et devant ce complot, François Fillon, qui parla même de coup d’Etat institutionnel, promit alors de faire tomber les masques et de mettre au jour les véritables auteurs de la manipulation.

Seulement voilà, un an et demi plus tard, on ne voit pas plus de comploteurs que de complot

Et à la lecture des procès-verbaux publiés par le JDD, ce qu’on voit ce sont des faits ! Des faits accablants sur l’emploi fictif de Pénélope Fillon, sur le mélange des genres de son mari, sans parler des cadeaux de son généreux ami Bourgi. Des faits qui – même s’il est évidemment toujours présumé innocent –  conduisent tout droit François Fillon au tribunal correctionnel.   

Quels sont les enseignements à tirer de cette histoire ?  

Tout d’abord l’importance du travail des journalistes. Car il ne faut pas oublier que c’est Le Canard Enchaîné, puis ensuite d’autres journalistes d’investigations qui ont révélé ces faits… Ensuite, le travail de la justice. Que n’a-t-on entendu Fillon et ses amis fustiger à l’époque des magistrats aux ordres et déterminés à l’abattre, des juges qui seraient les bras armés du complot… En réalité c’est une enquête menée dans la plus grande discrétion qui a été conduite pendant plus d’un an, de façon parfaitement indépendante et qui ne fait d’ailleurs l’objet d’aucune contestation de la part des avocats de François Fillon. Enfin, les conclusions de l’enquête montrent aujourd’hui, l’inanité, le grotesque des déclarations de François Fillon, hier.

Une situation dont certains, actuellement aux prises avec la justice, feraient bien de s’inspirer… 

Marine Le Pen, par exemple, qui grosso modo, on l’a entendue encore hier, adopte la même stratégie de défense que François Fillon. Mais les deux ne font que reprendre le discours de presque tous les politiques mis en cause dans des affaires depuis plus de trente ans. Des discours qui ne convainquent plus que ceux qui sont déjà convaincus. Autant que les affaires, c’est cette rengaine du complot, usée et vide de sens qui rajoute au discrédit des politiques.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.