Les municipales de mars 2020 c’est encore loin. Mais tout ne monde ne pense plus qu’à ça. Même au gouvernement.

Assises des maires bretons en avril 2019
Assises des maires bretons en avril 2019 © AFP / Damien MEYER / AFP / POOL

Officiellement, le message c’est que les ministres sont pleinement à leur tâche jusqu’à la fin de l’année. 

Et après, seulement après, ils pourront s’occuper, si cela les intéresse, des municipales.

Sauf que le premier à avoir bafoué ce calendrier, c’est Edouard Philippe lui-même. Celui qui a fixé la règle ! Depuis quelques jours, il fait une vraie campagne qui ne dit pas son nom. Il vient d’accorder trois pages d’interview (entretien) à Paris Normandie, pour dire à quel point il aime le Havre. C’est sa seule interview de rentrée. Parallèlement, il invite à Matignon… les maires de la métropole du Havre, les élus du conseil municipal. Edouard Philippe leur fait visiter les salons, leur en met plein la vue.  

Mais Edouard Philippe n'est pas le seul dans ce cas là. Gérald Darmanin, lui, il a déjà déposé les statuts de son association de financement politique. Et il quadrille la ville de Tourcoing. Samedi, le ministre de l’Action et des comptes publics était dans un club de natation. Le lendemain, dans une brocante. 

Vous avez aussi Sébastien Lecornu, le ministre des Collectivités est tous les week-ends à Vernon, dans l’Eure. Ou encore Didier Guillaume, le ministre de l’Agriculture. Très souvent du côté de Biarritz. Souvenez-vous, cet été, il a fait polémique en assistant à une corrida. 

Bref, les grandes manœuvres ont commencé. Chacun essaye d’installer une présence, de faire moins ministre parisien… 

Est-ce que le calendrier législatif a été modifié pour les municipales ? 

On nous jure que non. Mais regardez : le sujet le plus explosif… les retraites. On est parti pour des mois de concertation. Le texte sera examiné avant l’été. Donc après les municipales.  

En revanche, on met le turbo sur d’autres lois : tiens tiens, l’écologie du quotidien, les décharges locales, des nouveaux droits pour les élus locaux, pour les petites mairies….

Quant au président de la République, il a remis hier soir son costume de directeur de campagne. Il a remobilisé les parlementaires de sa majorité. Votre seul adversaire, ça doit être le Rassemblement national. Restez unis, ne critiquez pas les commissions d’investiture de la République en marche.  

Après une moitié de quinquennat mouvementée, le président veut désormais des ministres et des élus politiques, qui ont connu l’odeur de poudre des élections. C’est l’inverse de 2017, quand il ne jurait que par la société civile. Finalement, l’ancien monde avait du bon !

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.