Par Marcelo Wesfreid

Un grand nombre de conseillers ministériels est en train de quitter leurs fonctions. C'est l'hémorragie . Depuis quelques semaines, dans les cabinets ministériels, on ne compte plus le nombre de collaborateurs qui plient bagages. A Matignon, par exemple, vous avez pas moins d'une dizaine de conseillers, presque un sur cinq, qui ont fait leur valise.

Des collaborateurs qui ont travaillé avec Manuel Valls. Une expérience au sommet de l'Etat. Ils se disent que c'est le moment de la valoriser, de continuer leur carrière dans le privé ou dans une administration.

françois hollande consulte en vue du remaniement
françois hollande consulte en vue du remaniement © reuters

Intéressant à noter : aucun ne retourne en cabinet. C'est surprenant, quand même, parce qu'il reste encore seize mois dans ce quinquennat. Et on peut se demander si cela ne révèle pas une petite ambiance « fin de règne », cette envie de se recaser. Les conseillers sachant qu'à la veille d'une possible défaite à la présidentielle, ils seront moins attractifs. Et puis il y a rumeur qui électrise l'ambiance : le remaniement serait imminent. Et vous savez qu'en cas de remaniement, un conseiller peut être viré du jour au lendemain.

Alors, au-delà des rumeurs, on sait que Manuel Valls pousse pour un remaniement. Rapidement. François Hollande, lui, hésite sur le timing. Ce sera son dernier grand remaniement. Qui faire rentrer? C'est compliqué. Est-ce qu'il faut faire rentrer des écologistes, qui ne pèsent plus grand chose ? A l'inverse, qui faire sortir du gouvernement?

Qui est concerné? La ministre du logement, la radicaleSylvia Pinel , va partir, c'est sûr.

Christiane Taubira , qui se sent si bien dans ce gouvernement, pourrait aller au Conseil Constitutionnel, en février... Idem pour Laurent Fabius . Sans attendre, plusieurs membres de son cabinet ont fait leurs cartons.

Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron , lui, a envie de prendre le large. Il s'interroge, il ne sait pas s'il doit rester.

Bref, cela peut faire du monde. D'autant que François Hollande réfléchit à son équipe de campagne. Il va devoir placer des poids lourds à l'extérieur du gouvernement pour préparer 2017 à plein temps.

Dans ce contexte-là, les futurs ministres vont s'arracher les cheveux pour trouver de bons conseillers.

Alors, si vous êtes intéressés, préparez vos CV.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.