Par Marcelo Wesfreid

Manuel Valls
Manuel Valls © Getty / Bloomberg

Les difficultés s'accumulent pour François Hollande…. Au point que les regards se tournent de plus en plus vers d'autres… et notamment vers Manuel Valls.

« Dans six mois, je serai soit en vacances, soit président de la république ». Voilà ce que disait en privé Manuel Valls. C'était avant les terribles confidences de François Hollande...

Eh bien, il ne croyait pas si bien dire... Maintenant que le président est au fond du trou, beaucoup veulent que Valls reprenne le flambeau.

Valls, d'ailleurs, ne s'est pas privé de recadrer le président. Le premier ministre, qui était au Québec la semaine dernière, a rappelé qu’il faut de la « pudeur » pour exercer le pouvoir. Et, en parallèle, son entourage nous a expliqué, à nous journalistes, que Valls a « l'envie d'y aller», qu'il est « prêt », mais qu'il est « loyal ».

Je traduis ces éléments de langage : Valls meurt d'envie de remplacer Hollande à la primaire. Mais attention à ne pas passer pour le traître de service...

Est-ce que Hollande à l’ intention de lui céder la place ?

Non, parce que Hollande, jusqu'en décembre, donnera jusqu'à son dernier souffle pour sauver sa candidature. Du coup, Valls est coincé, il ne peut pas trop bouger.... Il peut juste peaufiner son image, en attendant que le chef de l'Etat se tire d'autres balles dans le pied.

Alors, comment ça se traduit ? C'est très simple. Un, Valls a demandé à ses soutiens de la fermer. Personne n'a fait d'émissions politiques. Il ne faut pas jeter de l'huile sur le feu. Deux, par petites touches, il est en train de se recentrer... S'il continue à être clivant, il ne sera jamais un recours.

Il va parler du revenu minimum universel. Sur la laïcité... Il met de l'eau dans son vin de messe. Hier, il a tenu à Evry des propos rassurants pour les musulmans: "L’islam n'est pas un problème" ou "la laïcité n'est pas dirigé contre les musulmans"

Et ce samedi, à Tours, vous verrez, il va jouer à fond le patriotisme et le rassemblement de tous dans la nation...

Ça peut marcher ?

C'est chaud bouillant, chez les vallsistes. Un proche m'a dit hier « Tout le monde nous fait des appels du pied. Personne ne veut se retrouver avec une victoire de Montebourg à la primaire... »

En fait, c'est plus compliqué que ça... Si Hollande jette l'éponge, on peut avoir une candidature de Najat Vallaud-Belkacem, pourquoi pas de Christiane Taubira, des figures plus identifiées à gauche... Bref, toutes les cartes seraient rebattues...

C'est tellement ouvert que Manuel Valls a intérêt à attendre avant de planifier ses vacances....

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.