nicolas sarkozy favori à droite pour 2017
nicolas sarkozy favori à droite pour 2017 © reuters

Les socialistes ne cessent de taper sur Nicolas Sarkozy et cela vire à l’obsession.

Nicolas Sarkozy par ci, Nicolas Sarkozy par là... Tout est de la faute de Nicolas Sarkozy ! À écouter les socialistes, la mission première de ce quinquennat n’est pas de redresser le pays mais de réparer les bêtises de leur prédécesseur.

Exemple avec Arnaud Montebourg dimanche dernier sur France 3 :

__ Arnaud Montebourg a raison, la dette a augmenté de 600 milliards d’euros pendant le mandat de Sarkozy. Mais il y a eu la crise, et puis, depuis 30, ans, tous les gouvernements laissent filer la dette. Mais taper sur Sarkozy, c’est un sport très à la mode. **Lundi, le patron du PS, Harlem Désir, dit que « le problème de la France est de sortir de dix années de recul. »** Hier, **quand le ministre du Budget Bernard Cazeneuve détaille à l’Assemblée les 50 milliards d’économies à venir, il tacle au passage** : « des économies que l’opposition n’a jamais été en mesure de faire. » L’ombre de Sarkozy plane même sur les municipales ! J’ai demandé à Patrick Mennucci, le candidat du PS à Marseille, ce qui avait changé dans sa ville depuis que la gauche est au pouvoir. Sa première réponse ? « Manuel Valls a rendu les 420 policiers que Sarkozy a supprimés. » **Il y a une part de vrai dans tout cela, mais le problème n’est pas dans la justesse de l’analyse.** C’est vrai, après Nicolas Sarkozy le pays était mal en point, le chômage élevé, la dette abyssale. Mais cet argumentaire était bon pour la première partie du mandat. D’ailleurs, les socialistes ne s’en sont pas privés et ils en ont usé et abusé. Maintenant stop ! Cela fait 22 mois que la gauche gouverne. Il est temps de se tourner vers l’avenir. Plutôt que de proposer à Sarkozy, même de manière ironique, de venir exposer ses astuces pour régler les problèmes, les socialistes devraient réfléchir à comment mieux faire comprendre leurs propres solutions. **Cibler Nicolas Sarkozy, pour la gauche, c'est un bon moyen de se ressouder** ! C’est même l’unique sujet qui lui permet de parler d’une seule et même voix. **Mais le problème, c’est qu’il n’est pas un adversaire comme les autres.** **François Hollande a construit toute son image en opposition à celle de Sarkozy.** Souvenez-vous : il jurait d’être normal, d’apaiser et puis même, d’être de gauche ! Sauf que maintenant qu’il est au pouvoir, il se rend compte de plein de choses diverses et variées. Qu’être président, c’est concentrer beaucoup de pouvoir. Qu’un Premier ministre passe forcément un peu pour un collaborateur. Qu’un quinquennat, c’est court, alors il faut parfois brusquer pour arriver à ses fins. Qu’en étant réaliste, il est obligé de favoriser les entreprises et de cajoler les patrons. Et même, que la vie privée n’est pas si simple que cela à protéger. Bilan, à qui il fait furieusement penser ? Et bien… à Nicolas Sarkozy. C’est toute l’ironie de l’histoire...
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.